Je sais que la plupart d'entre vous qui lisez mon blog travaillent seuls et n'ont pas de salariés, mais normalement vous serez amenés à en avoir un jour et puis certains d'entre vous ont des stagiaires et des prestataires. Donc j'inaugure une nouvelle série de billets consacrés au management (vu par moi).

Ce premier post est consacré au thème du "management par le vide". Au premier abord, cette théorie peut paraitre dénuée de sens, car quand on manage une équipe on attend d'elle qu'elle soit toujours en mouvement, dans l'action et dans le concret. A 100% sur la mission ou le projet qu'on leur a confié.

Avec la crise, on a envie de "rentabiliser" un maximum chaque dépense de l'entreprise, les salariés n'échappant pas à la règle. Donc pas question des laisser rêvasser, ou alors à la pause cigarette et pas au-delà. De plus énormément de chefs d'entreprise hyperactifs ont horreur du vide et des moindres minutes qui pourraient ne pas être utilisées. Or quoi de plus simple pour occuper ce vide que de donner des tonnes de travail à son équipe et par là même, à soi ? Combler le vide permet de canaliser son stress et ses angoisses comme celles concernant l'avenir de l'entreprise, le développement d'une nouvelle application ou la signature d'un gros contrat.

Or c'est dans le vide que se construisent les idées. Un exemple formidable du potentiel du vide ce sont les vacances. Avez-vous déjà remarqué que vos idées prennent forme pendant un voyage, un week-end à la plage ou une discussion entre amis autour d'un verre ? Tout d'un coup, un éclair de génie, comme une petite lampe qui s'allume dans votre tête vous indique que vous venez de trouver LA solution ou L'idée qui vous manquait pour résoudre ou faire décoller un projet.

Une équipe qui croule sous les recommandations du boss en permanence ne sera pas plus productive et surtout pas créative. Au contraire le stress est communicatif et même s'amplifie d'une personne à une autre. Travailler dans le stress est la pire des solutions pour une entreprise. C'est à ce moment là qu'arrivent les erreurs (j'en sais quelque chose de l'époque où j'étais pharmacienne...), les clients mécontents et au résultat un travail qui n'avance pas faute de temps pour mettre les idées des uns et des autres à plat et synthétiser le tout.

L'idée de ce management par le vide est appliqué dans de nombreuses start up américaines et pas des moindres quand on pense à Google. Le moteur de recherche laisse 20% du temps de travail à ses employés pour développer des projets personnels ou de nouvelles applications, logiciels ou innovations marketing qui pourront bénéficier au groupe. 1 journée par semaine en moyenne, où le chef d'équipe n'est pas sur le dos des employés à leur demander des résultats concrets, mais à leur faire confiance pour occuper de façon optimale ces 8h de travail.

Au départ nombreux spécialistes du management ont pensé qu'il s'agissait d'une théorie bien folle qui ne pourrait jamais marcher, qui frôlait l'anarchie ou l'entreprise auto-gérée et que ce système ne pourrait jamais être appliqué à d'autres sociétés.

Ils avaient tort (comme d'habitude en matière d'innovation) et aujourd'hui de plus en plus de sociétés appliquent ce management par le vide, permettant ainsi à tous les potentiels de l'équipe de se développer pour le bien des salariés eux-mêmes mais aussi pour l'entreprise qui bénéficie de l'expertise de ses équipes. La créativité s'en trouve renforcée, la motivation aussi et l'adaptation à l'environnement, notamment la crise économique n'en sauront que plus forts.

Les salariés ne sont pas de simples exécutants de la politique de l'entreprise mais des éléments à part entière, des piliers sur lesquels reposent l'avenir et le développement de la société. Brider leur créativité et leur réflexion ne peut être que nuisible sur le long terme. Leur donner de l'autonomie et leur faire confiance est un gage d'innovation et de pérennité pour l'entreprise.

Pour conclure, écoutez vos équipes ou vos prestataires, ne les noyez pas de recommandations, offrez-leur des espaces de vide dans la semaine, et encouragez-les à être eux-mêmes pour leur bien et le votre.