On vient de se faire interdire du bureau de Poste auquel on déposait nos commandes chaque jour. La directrice estime qu'on a trop de colis et qu'ils n'ont pas la structure pour gérer nos envois. Et ce n'est pas la dame du guichet qui soufflait si fort en nous voyant arriver avec nos sacs qui nous défendra.

Bref, cinq mois après mon arrivée dans le sud, c'est toujours la même histoire de collecte des colis qui ne vient pas. Et si notre interlocuteur commercial nous a dit "en attendant, allez au bureau le plus proche", le bureau en question répond "vous avez trop de colis, on sait pas faire". 

Nous voilà donc obligées de faire quelques centaines de mètres de plus - à travers les rues piétonnes - en trainant nos sacs façon Père Noël sans traineau en attendant que quelqu'un daigne s'occuper du cas Bagatelles dans la région.

Si on avait su, on n'aurait pas pris le temps de former la dame du guichet à tamponner la bonne feuille pour nos colis...