Ce que c'est bon l'ennui, le temps qui passe, qui file, qui défile. Ces moment passés sans même avoir eu l'idée de lever le petit doigt, de faire ce qui est urgent ou même ce qui ne l'est pas.

La trêve de Noël est un bon moment pour se laisser aller à l'ennui, regarder le temps maussade par la fenêtre, laisser son regard errer dans le vide, songer à s'extraire du canapé puis non, y rester et reprendre le fil de ses pensées buissonnières.

C'est dommage de ne pas s'y laisser aller plus souvent car l'ennui est riche, c'est de là que naissent des idées, plus ou moins loufoques, qui feront les choses qu'on construira à plus ou moins long terme.

L'ennui c'est aussi l'aveu d'un moment qu'on ne s'accorde qu'à soi, où l'on se coupe d'une réalité qui nous échappe parfois. Pour le moment, je suis au bureau, mais je crois bien que cette belle envie d'ennui me fera rejoindre tôt la chaleur de ma maison.