Ah, les romans noirs ! Je les achète presque toujours dans les points Relay des gares, quand je suis en errance, attendant que mon numéro de quai au départ soit affiché.

Les polars sont à la lecture ce que le Nutella est au goûter : le truc prêt à consommer, savoureux dans n'importe quelle situation. Faciles à lire,  ils n'en sont pas moins bien écrits. C'est un genre à part, qui se consomme sur le pouce.

Cela fait quelques années maintenant que Mankell, Lehanne, Westlake et Connelly me volent mes nuits, que je passe à lire jusqu'à en avoir les yeux qui papillotent. Le suspense me tient éveillée, l'envie de savoir ce qui se passera au chapitre suivant m'invite toujours à tourner une page de plus.

Le roman noir, c'est mon billet pour des nuits blanches...