Leslie s'est lancée dans un secteur concurrentiel, détenu par des géants du web : les chaussures ! Comme quoi il ne faut pas avoir peur et tenter sa chance. Chacun a sa place sur le web !!

Comment t'est venue l'idée de ce site ? As tu fait une étude de marché avant de te lancer ? Ton secteur n'est-il pas trop concurrentiel ?

En 2007, A la fin de mon école de commerce, après plusieurs stages dans le luxe (Louis Vuitton, Chanel et Christian Dior) je me suis interrogée sur ce qui me motivait profondément et ce que j'avais envie de faire dans la vie. Venant d'une famille d'entrepreneurs, j'avais en moi le fameux gène de l'entrepreunariat et la réponse a été vite trouvée.

Je suis passionnée par les chaussures (je tiens d'ailleurs un blog à ce sujet : http://www.shoeaddict.fr/) et j'avais commercialisé quelques paires de chaussures sur Ebay pour me faire de l'argent de poche.

Sarenza et Spartoo étaient créés mais il y avait de la place pour une offre tournée vers la femme qui a des enfants, un emploi du temps surchargé, l'envie de suivre la mode un petit peu, mais qui achète des chaussures pour le confort et la praticité à un prix raisonnable, la digital mum en fait.

Comment as-tu financé ton projet ?

Avec mon associé, nous avons réuni toutes nos économies d'étudiants, soit 10 000€, pour créer Mes-Souliers.com. Cette somme a composé notre capital et nous a servi a créer un site internet.

Nous avons rapidement fait des ventes qui ont financé la communication online, qui a généré des ventes et ainsi de suite...




Qu'est-ce qui a été le plus dur dans le lancement de ton site et/ou entreprise ?

Il y a beaucoup de choses difficiles dans le lancement d'une entreprise ou d'un site internet ! Mais le plus difficile à mon avis c'est le manque d'expérience dans le e-business.

J'avais l'impression que l'on me parlait chinois dès que les développeurs m'adressaient la parole.

Maintenant cela va beaucoup mieux, je suis des formations (chez blog e commerce par exemple) je m'informe à travers des blogs et puis j'ai 4 ans d'expérience maintenant !




Tu es sur un domaine concurrentiel, avec face à toi des poids lourds du e-commerce, comment fais-tu pour résister et les concurrencer ?

Mes concurrents communiquent beaucoup. C'est vrai. Et ils ont des moyens que nous n'avons pas.

Et je vais vous dire je suis très heureuse qu'ils communiquent autant ! Parce qu'ils créent le marché, sans que cela ne me coute rien.

Le marché est également assez large aujourd'hui pour qu'il y ait de la place pour plusieurs acteurs. Quelques chiffres : le marché de la chaussures représente 8 milliards d'euros en France, il y a une petite dizaine de pureplayers qui se partagent le ecommerce. Donc nous avons de la place.

Par contre, les barrières à l'entrée sont de plus en plus fortes et couteuses et j'avoue que les nouveaux entrants ont du soucis à se faire.

Quelle est ta stratégie communication ?

Nous communiquons de deux manières. Sur internet pour recruter des consommateurs, à travers les comparateurs de prix, adwords et l'affiliation.

Et nous communiquons sur d'autres supports (télévisés ou presse écrite) pour nous faire connaître et créer une image de marque.

Parce que nous sommes une petite société encore, nous suivons de très près nos investissements en communication online. Nous ne pouvons pas nous permettre de dépenser de l'argent si cela ne nous rapporte pas un certain ROI.

Pour la deuxième méthode de communication, nous ne dépensons rien du tout, nous n'avons pas le budget pour cela. Nous avons eu de la chance d'être passés dans Capital sur M6 ou dans le magazine 100% mag parce que notre concept plaisait aux journalistes.



Est-ce que tu délègues des activités à des prestataires ?

Comme je l'ai dit plus haut, j'ai fait une école de commerce et je n'avais au démarrage de l'activité que très peu de connaissance en e-commerce. Donc nous avons choisi dès le début de nous entourer de prestataires qui sont experts dans leur métier et qui ont l'habitude d'accompagner des e-commerçants.

Nous travaillons aujourd'hui avec Blog E commerce, l'agence Mevia, Netaffiliation, ...

Comment vois tu l'avenir de ton site ? Te verses tu un salaire ?

Mon site est en pleine transformation en ce moment, nous avons lancé une nouvelle version de Mes-Souliers.com il y a une semaine. J'attends beaucoup de cette nouvelle version qui offre de nombreux services à nos clients (la livraison gratuite avec Kiala, une bien meilleure ergonomie, la possibilité de partager ses coups de cœur avec son réseau, l'étiquette retour en ligne...).

Pour l'instant tout l'argent gagné par la société est réinvesti pour constamment améliorer nos positions sur google, consolider le service client...

Quels conseils donnerais tu à quelqu'un qui veut se lancer dans le e-commerce ?

Je lui conseillerais de passer par une plateforme open source pour créer son site web. Les solutions sont nombreuses, flexibles, idéal pour les e-commerçant. Cela permets d'avoir son indépendance vis à vis des agences web. Je l'inviterais également à se concentrer dès le début (avant même la sortie du site) sur le référencement naturel. C'est la clé.

Moi j'ai fait ces deux erreurs : j'ai été cliente d'une webagency qui me louait son CMS, pendant deux ans j'ai investi à perte dans mon site et les premiers mois, je dépensais 200€ dans les adwords par jour ! (NDLR : ouahou !!!)

Autant dire que ce sont deux erreurs qu'il faut éviter !

Appartiens-tu à un réseau d'entrepreneurs ? Pourquoi ?

Je fais partie d'une association d'entrepreneurs qui s'appelle Esprits d'entreprises. Fondée par Diaa Elyaacoubi et Bernard Ochs en 2003 l'association regroupe des entrepreneurs de tout âge et tout domaine d'activité. Le but c'est de se réunir une fois par mois autour d'un intervenant, généralement un entrepreneur successful, et d'un bon dîner. Nous échangeons en petit comité avec l'intervenant qui nous raconte son parcours, nous lui posons des questions. J'ai ainsi pu rencontrer Steve Rosenblum, Gérard Mulliez, Pierre Bellon, Nicolas de Tavernost... et le prochain invité est Alain Afflelou autant dire que je suis toujours impatiente de me rendre à ces RDV mensuels. Cela permet de rencontrer des personnalités exceptionnelles parmi les invités et les membres de l'association !

Qu'est ce qu'il te manque de ta vie de salariée ?

Mon expérience de salariée n'a pas été bien longue, j'ai été diplômée en juin 2007 et j'ai commencé à travailler sur le BP de Mes-Souliers en août 2007 pendant mon stage de fin d'étude chez Christian Dior.

Il me manque peut être du temps libre ! Mais ce n'est pas très contraignant parce que la vie d'entrepreneur comporte bien d'autres avantages.

Mes souliers

Leslie