L'interview du jeudi, c'est avec Roxane, la créatrice du site www.jardindesdames.com, mais aussi la créatrice du jeu de l'oie coquin, best-seller de nos cadeaux coquins dans notre boutique sexy !

Peux-tu te présenter toi et ton entreprise en quelques mots ?

Je suis Roxane Guidez, une jeune femme de 28 ans ayant crée dès la sortie de ses études la marque et le site internet Jardin des dames qui offre aux particuliers des jouets et jeux érotiques dans une ambiance ludique et raffinée.

Comment t'est venue l'idée de ton entreprise ? As tu fait une étude de marché avant de te lancer ? Ton secteur n'est-il pas trop concurrentiel ?

J’étais avec une camarade de classe qui avait aperçu ce type de commerce en Angleterre, nous devions choisir un secteur d’activité innovant au sein d’un cours de création d’entreprise. Nous avons choisi celui-ci pour établir un business plan fictif ainsi qu’une étude de marché, et finalement au sein de l’école le projet fut apprécié et nous avons gagné quelques concours.

Lorsque nous nous sommes lancées, il n’y a avait à l’époque qu’un seul concurrent qui proposait des prix exorbitants.

Comment as-tu financé ton projet ?

Par la love money et un fond d’amorçage (Petit Poucet www.petitpoucet.fr)

Qu'est-ce qui a été le plus dur dans le lancement de ton entreprise ?

La mission la plus difficile a été de convaincre les banques, mission impossible à cause de notre secteur d’activité. Personne ne voyait la différence entre un vulgaire sex shop et notre concept, nous avons été très mal reçus et bien qu’à chaque fois nous réussissions à convaincre notre banquier ; le décisionnaire final nous envoyait valser. Nous les avons sollicités à plusieurs reprises. La première fut pour l’ouverture d’une boutique et la seconde pour prendre en charge le système de paiement par Internet. Finalement, la seule banque avec qui je peux travailler aujourd’hui s’est signée par cooptation.

Comment te démarques-tu de la concurrence ?

La première année, Jardin des dames a proposé des tarifs moins élevés (30% environ) que la concurrence. Ensuite, face à l’arrivé de nombreux concurrents, nous nous sommes positionnées sur le concept féminin, en mettant en avant notre sélection de produits et un discours raffiné, une approche davantage sensuelle que sexuelle. Et enfin aujourd’hui, Jardin des dames se démarque car je crée des jeux de société érotiques. Nous nous positionnons davantage sur ce créneau actuellement, moins concurrentiel et sur lequel nous sommes compétitifs.

Quelle est ta stratégie communication pour acquérir des nouveaux clients ?

J’ai tout axé sur les relations presse et radio que j’ai effectuée seule. Dès le 2ème mois d’activité, nous sommes passées dans l’émission de Cauet pour offrir des cadeaux pour la Saint Valentin. Nous avons eu Ado FM, NRJ, Les grosses Tetes, France Info, Radio FG ; quelques émissions de télévision comme Capital ou Les maternelles… ainsi que beaucoup de presse Internet et papier.

Le référencement naturel est impossible sur mon site car il n’est pas optimisé pour malheureusement, et Google Adwords, le secteur est trop concurrentiel.

Est-ce que tu délègues des activités à des prestataires ?

La construction du site Internet, oui. Le reste je ne délègue rien

Comment vois tu l'avenir de ton entreprise ? Te verses tu un salaire ?

Je me verse un salaire depuis Février 2009 et au sujet de l’avenir de mon entreprise, je me dirige davantage sur la création de produits sous une nouvelle marque nommée « Love is fun » ainsi que du conseil, je vends aujourd’hui mes services pour créer des jeux pour d’autres (notamment celui de Clara Morgane)

Quels conseils donnerais tu à quelqu'un qui veut se lancer dans ton domaine ?

Le secteur d’activité est trop concurrentiel actuellement, de nombreuses entreprises ont déjà fermé, alors il faut vraiment trouver un business-model novateur pour que cela fonctionne.

Appartiens-tu à un réseau d'entrepreneurs ? Pourquoi ?

Non je n’ai pas pris le temps.

Qu'est ce qu'il te manque de ta vie de salariée ?

De pouvoir demander conseil à son patron quand on se retrouve bloqué face à une situation particulière.