Ce jeudi, découvrons Nadège toute jeune créatrice de Tournicocon, un site dédié aux futures mamans et aux bébés.

Peux-tu te présenter toi et ton entreprise en quelques mots ?

Je m’appelle Nolwenn Boutin, j’ai 26 ans et je suis la maman d’une petite minette de 10 mois et d’un petit gars de 2 ans ½. J’ai créé Tournicocon , une boutique en ligne de vêtements de grossesse et d’allaitement. Je propose également de la layette, des doudous bios et des petits chaussons en cuir. La boutique est en ligne depuis octobre 2010, elle a mis 9 mois à voir le jour, tout un symbole !

__Comment t'est venue l'idée de ton entreprise ? As-tu fait une étude de marché avant de te lancer ? Ton secteur n'est-il pas trop concurrentiel ? Comment as-tu financé ton projet ?__

J’ai toujours voulu entreprendre mais l’idée ne mûrissait pas ! Lorsque je suis tombé enceinte de mon premier enfant je me suis beaucoup intéressée au milieu de la maternité. C’est un secteur qui m’a tout de suite passionné. J’ai beaucoup aimé être enceinte, je trouve ce moment magique et très épanouissant et j’aime regarder les gros bidons lorsque j’en croise ! Enceinte de ma fille j’ai décidé de me lancer dans l’aventure. J’ai réalisé une étude de marché qui a révélé (brièvement) que c’était un secteur de plus en plus concurrentiel - de nombreux sites voient le jour chaque année et certains ferment leurs portes quelques mois après ! Cependant, certains sont là depuis des années et persistent alors pourquoi pas moi ?!-. Et puis des femmes enceintes il y en aura toujours, d’ailleurs d’après l’Insee, 828 000 bébés sont nés, en France, en 2010. Un taux de fécondité record de 2.01 enfants par femme ! J’ai financé mon projet en puisant dans mes économies personnelles, le plus gros poste de dépense étant l’achat de stock.

Qu'est-ce qui a été le plus dur dans le lancement de ton entreprise ?

Le plus difficile ? Je dirai l’attente de la mise en ligne du site. Je m’étais fixer pour objectif d’ouvrir la boutique au plus tard mi-septembre mais comme, dans bien des cas, il y a toujours des imprévus ! J’ai donc eu 3 semaines de « retard » ! Difficile aussi, l’attente des premières commandes et puis quelques jours après l’ouverture, ça y est une inconnue passe commande et là c’est, comment dire une belle victoire !

Comment te démarques-tu de la concurrence ?

Pour me différencier de ma concurrence, je propose des réunions de ventes à domicile, en Loire Atlantique. J’essaie également d’avoir une offre concurrentielle en terme de prix…

Quelle est ta stratégie communication pour acquérir des nouveaux clients ?

Pour acquérir de nouveaux clients, je mise beaucoup sur le référencement, les réseaux sociaux et le bouche à oreilles…Je mets un point d’honneur à livrer rapidement mes clients, à faire de jolis papiers cadeaux etc. Je suis très à l’écoute des clients car un client satisfait parlera forcément de la boutique !

Est-ce que tu délègues des activités à des prestataires ?

Je délègue ponctuellement certaines activités à des prestataires. La maintenance du site ou encore certains aspects liés au référencement etc. Il est difficile, lorsqu’on est seule aux commandes d’avoir du temps pour tout ! Délégué est indispensable si on peut le faire. C’est important de bien sélectionner ses prestataires et d’avoir une réelle relation de confiance avec eux c’est pourquoi j’ai choisi de travailler avec de petits entrepreneurs.

Comment vois-tu l'avenir de ton entreprise ? Te verses tu un salaire ?

J’ai beaucoup de projets pour Tournicocon (projets que je garde secrets pour le moment !) mais 2011 sera pour moi une belle année je l’espère…Alors rendez-vous dans quelques mois, pourquoi pas lors d’une nouvelle interview, pour présentez tout ça ! Mon objectif est de vivre de mon activité (je n’ambitionne pas un salaire de ministre loin de là !), tout en profitant de ma famille, de mes amies, de la vie quoi ! Pour le moment, je ne me verse pas vraiment de salaire puisque je réinvestie une bonne partie de l’argent gagné pour développer ma petite entreprise !

Quels conseils donnerais-tu à quelqu'un qui veut se lancer dans ton domaine ?

Avant de se lancer dans le commerce en ligne il faut être conscient de la difficulté de se faire connaître sur la toile car, avant d’être en première page sur Google il peut s’en passer du temps ! La patience finie toujours pas payer non ?! Le référencement est, de mon point de vue, le point le plus important. Un jour j’ai entendu cette phrase toute simple : « cela ne sert à rien d’avoir le plus beau site du monde si personne ne le connaît ! » et je pense qu’elle résume bien la situation. Pour être honnête….J’entends souvent le discours suivant « qui ne tente rien à rien, il faut y aller si tu veux te lancer lances toi dans l’aventure ! » Et bien je ne suis pas tout à fait d’accord avec ces propos. Une création d’entreprise ça ne s’improvise pas, il faut bien mesurer les conséquences d’une telle décision (beaucoup de travail pour développer l’entreprise, une assise financière bien différente de celle d’un poste de salarié du moins les premiers mois voir les premières années…). Je pense qu’il est indispensable d’être soutenu car la création d’entreprise, quoi qu’on en dise c’est une prise de risque ! Une très belle aventure, passionnante, mais une prise de risque quand même !

Appartiens-tu à un réseau d'entrepreneurs ? Pourquoi ?

Je fais partie du réseau des mompreneurs. Cette association me permet d’échanger, une fois par mois, avec d’autres femmes/mères qui gèrent une entreprise. On échange sur des sujets divers et variés et chaque mois un intervenant nous forme sur un sujet.

Qu'est ce qu'il te manque de ta vie de salariée ?

Des collègues ! Ouvrir une boutique en ligne en solo c’est être derrière son ordinateur toute la journée, seule…J’aimerais parfois avoir quelqu’un avec qui échanger au niveau professionnel, une personne qui pourrait me donner son avis et des conseils sur certains enjeux stratégiques ! Je suis en contact avec certaines concurrentes directes, femmes avec qui j’ai beaucoup de plaisir à échanger… J’espère qu’elles se reconnaîtront ! Pour conserver un lien social lors des semaines de travail, même si les journées et les semaines passent très (voir trop) vite, je prends parfois le temps d’aller déjeuner avec d’anciens collègues de bureaux ou avec mes amis !