Il y a beaucoup d'infos à traiter cette semaine et je ne sais pas vraiment si le mieux est de vous bombarder de petits billets ou de vous écrire un énorme billet-fleuve que vous abandonnerez avant de l'avoir terminé.

Je crois que je vais tenter le billet fleuve. C'est moins fatiguant et mon dernier billet était plutôt court.

En vrac, il faut que je vous parle d'un nouveau scandale concernant la moutarde (un de mes chevaux de bataille ces jours-ci), la formidable soirée Ben&Jerry's et la pipe de Tati (pas le magasin, le cinéaste). On commence par quoi?

Mardi dernier, c'était la soirée Ben&Jerry's au Door's Studio, vers Bastille. Au menu: open bar au champagne, open bar de glaces, buffet somptueux et nombreux jeux. A gagner: un an de glaces et plein de goodies Ben&Jerry's. La dream team était composée de moi-même, Stark, MrBoo et sa charmante épouse. ON A GAGNE. Disons qu'on a triché mieux que les autres? Non, c'était quand même pas mal mérité. Je suis reparti avec 20 bons d'achats pour un pot de glace, une casquette B&J, un T-shirt, des verres, un bol pour manger ma glace, un stylo, une clé USB en forme de pot de glace,..... Très très cool, on a bien rigolé et je vais prendre 10kilos avant la fin de l'année.

Et puisqu'on est au rayon alimentaire il faut que je vous parle d'un nouveau scandale qui secoue le monde de la moutarde, et me la fait monter au nez! Je vous avais déja parlé de mes inquiétudes sur la délocalisation de la production de moutarde de Dijon ici et .
Et voilà qu'un nouveau scandale secoue le monde impitoyable du condiment. Un article de rue89 titre cette semaine: Il y a de moins en moins de moutarde dans la moutarde. La moutarde, c'est pas donné. En 5 ans, la tonne de graine de moutarde est passée de 400 à 1500€! Du coup, les industriels redoublent d'ingéniosité pour nous revendre plus cher des moutardes apauvries en moutarde mais aromatisées en tousgenres. La moutarde de Dijon, pour laquelle un décret de 1937 impose 28% de graines, coûte cher à produire et le florilège de moutardes alternatives qui innonde nos rayons est bien la conséquence de cette flambée des prix. Le pire c'est que ces moutardes coûtent moins cher à produire mais sont vendues trois à six fois le prix de la moutarde de Dijon. Il faut bien amortir les coûts marketing supplémentaires. L'article m'a aussi permis de découvrir qu'il existait une Fédération des sauces condimentaires. Vive la France!

Dernier sujet du jour, la pipe de Tati a été censurée sur les affiches de l'expo à la cinémathèque dans les transports parisiens. Remplacée par un ridicule petit moulin à vent au nom de la loi Evin. Le plus ridicule? Tati n'allume jamais sa pipe dans ses films!