Depuis le début de l'année, une fois par semaine Adèle avait le mal au ventre du mercredi matin. Vous savez, le genre qui vous fait aller à reculons à l'école, celui qui vous tord l'estomac dès la veille au soir. Chaque mercredi, elle pleurait quand je la déposais au centre de loisirs pour la journée.

Vraiment, le centre de loisirs, même si c'est bien côté jeux et activités, ça n'est pas son truc. Au début j'ai cru à un caprice, que ça passerait en un mois (elle m'avait déjà fait le coup avec l'école l'année dernière). Malheureusement les semaines ont passé et elle a continué à s'agripper à mes jambes en sanglotant.

J'ai envisagé plusieurs solutions, dont la version baby-sitter à domicile, mais rien n'était satisfaisant et simple à mettre en place. Finalement, j'ai regardé si je ne pouvais pas alléger mes 50 à 60 heures de travail hebdomadaire pour me libérer et passer le mercredi après-midi avec elle.

Adèle et moi, avons donc conclu un accord : elle va (sans pleurer) au centre aéré le matin, jusque 13h. En contrepartie, je compresse ma journée de 8 à 13h. Quelques petite heures de travail en moins le mercredi, contre le plaisir d'Adèle et le mien à passer un peu plus de temps ensemble, à apprendre des choses, à jouer, à savourer chaque instant.

C'est donc avec plaisir que je vous annonce que désormais, le mercredi après-midi, je suis une maman à la maison. Peut-être que je ne pourrais pas tenir ce rythme toute l'année (je pense notamment à Noël et à la Saint-Valentin), mais en attendant je suis contente d'avoir eu la possibilité de faire ce choix.

En plus, je parie que ça va me forcer à m'organiser plus, donc m'aider à travailler mieux...


Dans le même esprit, des interviews qui avaient été publiées sur le blog : Mamans cyber-entrepreneuses