Dimanche matin, un café tiédissant sur la table et le Courrier International que je feuillette mollement à la recherche d'une information croustillante, passionnante, d'un article qui me donnera à réfléchir pour la journée. Le Courrier International, depuis que je le reçois dans ma boite aux lettres toutes les semaines, c'est un peu mon baromètre de la morosité ou de l'enthousiasme international.

Et en ce moment, ça n'est pas super brillant. Est-ce la rentrée qui veut ça ? Après deux mois à parler de choses plus ou moins futiles censées nous détendre les neurones, on replonge dans une réalité amère. Le taux de chômage qui a rarement été aussi haut, le cours du pétrole qui remonte, la bourse qui hoquette et les ventes d'armes aux USA qui ne se sont jamais si bien portées...

Dans le même temps, on apprend qu'en Haïti, le dernier cinéma vient de fermer ses portes ; qu'en France, l'éditeur 10/18 se propose de rembourser certains livres qui auraient déçu les lecteurs ; et enfin qu'en Russie, on essaie de réintégrer des cours d'éducation religieuse dans les écoles publiques.

Et au rayon des bonnes nouvelles, histoire de finir sur une note positive ? On nous annonce des arbres artificiels ressemblant à des tapettes à mouches géantes pour lutter contre le réchauffement climatique (efficace, parait-il, même si ça gâche un peu le paysage) et on verra plus souvent les supers-héros au cinéma.

Allez, je file me chercher un JBN quelconque pour me remettre de toutes ces émotions ! Passez une bonne fin de week-end :-)