Je ne vis plus sans web. Les jours annuels où je suis totalement déconnectée se comptent sur les doigts d'une main. Et de partager le quotidien d'une autre personne travaillant dans le web n'arrange pas les choses.

Hier soir, en rentrant à la maison, je regarde par réflexe le voyant de la freebox : clignotant. Hier soir, en rentrant à la maison, il regarde par réflexe le voyant de la freebox : clignotant. On se regarde, mi-dépités, mi-amusés.

On aurait pu rester pathétiquement tous les deux côte à côte dans le canapé, les yeux rivés sur le voyant du modem en espérant qu'il se stabilise enfin, ou en profiter pour essayer le dernier jouet de monsieur. Au lieu de quoi, on a refermé les portables, pris le temps de dîner, de discuter, de rire...

Finalement, est-ce que la coupure de web pour les geeks n'est pas l'équivalent de la grande coupure d'électricité à New York dans les années 70 ? Celle où tu prends le risque d'avoir un taux de natalité galopant...