Aujourd'hui, dernière interview avant l'été ! On finit par Marina qui a créé Love and Gift en 2008, un site de cadeaux d'invités pour les mariages, les baptêmes... Un concept inventé aux USA, le royaume de la fête !

Peux-tu te présenter toi et ton entreprise en quelques mots ?

Bonjour, je suis Marina Gueye fondatrice de la société Love’ n Gift Start Up spécialisée dans le cadeau d’invités et l’appareil photo personnalisé.

Comment t'est venue l'idée de ton entreprise ?

Jusqu’en novembre dernier j’étais salariée d’une grande banque d’investissement française, c’est dans ce contexte que la sœur d’une amie me sollicite pour lui lever des fonds afin de financer un projet d’import de cadeaux pour invités, concept à succès qu’elle a découvert aux US et qu’elle souhaite implanter dans l’hexagone.

As-tu fait une étude de marché avant de te lancer ?



J’ai déjà eu une société de décoration en 2000, forte de cette expérience, il était impensable de ne pas faire d’étude de marché et dans la foulée un business plan.

Ton secteur n'est-il pas trop concurrentiel ?

Je vais faire une réponse de normand. Oui et non, pourquoi me direz-vous ? Oui, parce-que sur le cadeau l’offre est pléthorique, et non parce-que nous avons fait le choix de nous positionner sur un marché de niche qu’est le cadeau pour les invités.

Comment as-tu financé ton projet ?

En fonds propres, je n’ai bénéficié d’aucune aide, et d’aucun prêt bancaire.

Qu'est-ce qui a été le plus dur dans le lancement de ton entreprise ?

Je me suis retrouvée seule au bout de quinze mois d’exercice, avec tout à refaire, sans aucune connaissance du secteur (du mariage & du e-commerce), car même si nous avions pris le soin de faire une étude de marché cela ne faisait pas de moi une experte de la vente sur la toile du jour au lendemain, avec tout ce que cela implique. Mon associée de l’époque, avait en charge le lancement de Love’n gift, elle était décoratrice de mariage, pour moi il coulait de source qu’elle avait les aptitudes pour mener à bien ce projet, grave erreur ! Je ne suis pas du genre à baisser les bras, je me suis entourée, documentée, renseignée et j’ai rapidement comblé mes lacunes, c’était décidé le e-commerce ne devait plus avoir de secret pour moi, je suis en passe d’y parvenir…

Comment te démarques-tu de la concurrence ?

Nous capitalisons sur le service client, le conseil et la personnalisation de l’offre. De plus nous travaillons ardemment sur le développement de produits exclusifs et le « branding » de la marque, nous sommes très actifs sur la R&D afin de proposer des produits uniques sur le marché.

Quelle est ta stratégie communication pour acquérir des nouveaux clients ?

Celle que nous avons toujours menée jusqu’ici présence sur différents médias on line et off line.

Est-ce que tu délègues des activités à des prestataires ?

Je délègue beaucoup, l’exemple du site m’a démontré qu’à chacun ses compétences. Je n’hésite pas à m’entourer et faire travailler des personnes expertes dans leur secteur d’activité : gain de temps et donc d’argent, pendant ce temps je fais ce que j’aime, le terrain…

Comment vois-tu l'avenir de ton entreprise ?

Je suis confiante, nous travaillons d’arrache-pied pour être leader sur notre segment, sans jamais oublié de nous retourner, histoire de rester vigilant.

Te verses-tu un salaire ?

Comme je l’ai dit plus haut, j’étais salariée jusqu’en novembre dernier. J’ai pu me permettre et j’ai fait le choix d’investir dans ma société et capitaliser.

Quels conseils donnerais-tu à quelqu'un qui veut se lancer dans ton domaine ?

Comme dans tous secteurs d’activité pas uniquement le mien, le e-commerce n’est pas l’eldorado dont on rêve. Les belles réussites sur le web ne sont pas pléthores, il va donc falloir aux nouveaux arrivants, du courage, de la persévérance et d’abord et avant tout : une bonne idée.

Appartiens-tu à un réseau d'entrepreneurs ?

J’appartiens à plusieurs réseaux, club de réflexion, et espace professionnel. Pour l’un d’entre eux je suis même au comité de pilotage. Il s’agit d’un club de cadres dirigeants d’origine sénégalaise, nous organisons des diners networking et un forum étudiant, l’objectif de ce club est de promouvoir l’excellence professionnelle, nous recevons régulièrement des « guest » qui sont à des postes ou des fonctions très importantes au sein de grandes entreprises ou des ONG.



Pourquoi ?

Il me parait essentiel aujourd’hui d’appartenir et travailler en réseaux. Pour ma part j’en ai souvent profité, lors de l’élaboration de mon business plan j’ai eu besoin d’une étude sur le marché du mariage valeur 3500€, un coup fil à un ami qui travaille pour un grand groupe d’audit & conseil et en 48h je l’avais sur mon bureau.

Qu'est ce qu'il te manque de ta vie de salariée ?

Très jeune j’ai occupé des postes à responsabilité, j’ai été indépendante très vite un peu comme aujourd’hui en tant qu’entrepreneur, néanmoins ce qui me manque de mon dernier job en qualité de gestionnaire de patrimoine c’est le …séminaire, une semaine avec tous les collaborateurs dans un club Med privatisé pour l’occasion, des moments inoubliables !