Hier, c'était la journée de la femme. Et si Eric ne m'avait pas proposé une tribune libre sur Presse-Citron, j'aurais passé un dimanche ordinaire : une journée savoureuse et tendre, en famille.

Hier, c'était une journée comme les autres. Je ne suis pas féministe, je ne ressens pas le besoin de l'être, parce que j'ai la chance de vivre dans un lieu où les femmes ont le droit de dire, prendre et faire beaucoup, du moment que ça se fait dans le respect des autres.

Malgré cela, en découvrant les contributions qui ont été faites sur le web à propos de la Journée de la femme, j'ai eu une pensée pour ces femmes qui m'ont élevée, qui m'ont guidée. C'est à elles que revient tout le mérite : ce sont elles qui m'ont donné ma liberté.