Quand je lis que le nombre de sites marchands atteint 90 000 cette année et dépassera 100 000 l'année prochaine, je me pose plusieurs questions :

- combien de sites sont ils vraiment encore actifs avec des commandes régulièrement ?

- combien de sites sont ils rentables ?

- est-il encore utile d'ouvrir un site de vente en ligne ??

Vous serez nombreux à répondre : oui. Parce qu'il y a toujours une niche non exploitée, un service client à améliorer, l'espoir mis dans le f et m-commerce et surtout le mirage du retour à la croissance économique par la relance de la consommation. Un grand mythe français qui se base sur les américains, plus grand consommateurs de tout et n'importe quoi au monde. Encore qu'ils soient maintenant dépassés pas la Chine, où le gouvernement a même dû créer de nouvelles fêtes pour donner un motif d'achat compulsif à la classe moyenne émergente...

Mais le jour où la France sera devenue l'égale des américains et des chinois n'est pas prêt d'arriver ! La France n'est-elle pas le berceau de la dé-consommation ? Il ne faut pas se leurrer, quand la consommation augmente, les statistiques parlent de voitures, loisirs, matériaux pour la maison, mais rarement de tout ce qu'on trouve sur le web : cosmétiques bio, cadeaux, bijoux fantaisie, épicerie fine, doudous...

Alors est-il encore utile de lancer des sites de vente en ligne ? Pourquoi ne pas plutôt proposer des services innovants aux sites déjà existants ?

Exit l'emailing, les blogs, le social commerce, le SEO... Mais plutôt une solution qui amènerait du trafic qualifié aux sites, qui ferait un premier tri des internautes et qui par conséquent améliorerait le taux de transformation des sites.

On peut déjà penser aux comparateurs de prix qui sont hyper intéressants pour l'électro-ménager, la hifi, les objets de marque, mais inintéressants pour un site comme le notre qui propose des cadeaux originaux qui ne rentrent dans aucune catégorie des comparateurs... Et c'est bien dommage car je suis sûre qu'il y a un marché à prendre sur le secteur et sur d'autres domaines !

On pense aussi à l'eye-tracking déjà pratiqué par Altics et Wexpérience, 2 sociétés reconnues sur le web pour la qualité de leur travail. Ces tests permettent de savoir ce qui attire l'oeil des internautes quand ils sont sur votre site et ce qu'il faut modifier pour donner l'envie aux internautes d'acheter (je résume bien sûr, c'est bien plus complexe et ces 2 sociétés ne font pas que ça...). Mais ces solutions sont chères et destinées aux moyens/gros ecommerçants. Alors pourquoi ne pas l'adapter aux petits budgets ?

Ce que j'aime beaucoup aussi en ce moment c'est L'identité de marque. Le fait de penser son site comme une marque et pas comme du simple retail. Il y a encore peu d'offre sur le domaine, car c'est tout nouveau et celles en place sont à prix trop élevé pour les 75% de sites faisant moins de 100 000€ de CA. Une offre low-cost de qualité serait la bienvenue.

Pour résumer : quand on voit le mal que se donnent les sites ecommerce pour arriver en première page de google, se différencier des concurrents et améliorer leur taux de transformation, il y a forcément des business à développer autour de : 1) des alternatives au SEO, 2) de la qualification du trafic 3) de l'augmentation du taux de conversion 4) du emarketing 5) du testing ...

Le rappel qui tue le moral :