Cette semaine nous découvrons Julien Koné, le créateur de la market place (ou presque) pour bébés et enfants, Affaires de Mômes. Un homme dans un milieu de bébés... C'est pas courant et ça méritait une petite interview sur ses motivations d'entrepreneur du web !

Peux-tu te présenter toi et ton site, quelle est le petit plus de ton site ?

Bonjour Peggy, et merci pour cette interview ! :-)

Je m'appelle Julien Koné, j'ai 34 ans, j'ai commencé à travailler dans le web en 1999. J'ai travaillé 11 ans dans le web en agence et chez l'annonceur sur des problématiques d'acquisition de trafic. Au bout de 11 ans, j'ai écouté la petite voix dans ma tête et j'ai créé mon entreprise, www.affairesdemomes.com.

Le site est en ligne depuis août 2011, c'est un site d'achat-vente neuf et d'occasion pour tous les articles bébés et enfants (0-14 ans), le PriceMinister pour enfants pour faire une analogie.

Les petits plus du site :

- pour les acheteurs, je vais chercher des petites et moyennes marques/boutiques pour enfants vraiment originales, qui changent du rose-mignon-bleu-costaud. Ces vendeurs pros proposent leurs fins de collections, retours de stocks, échantillons.. toujours avec une remise, qu'ils choisissent eux-même. Il y a même une marque, Dodudindon, qui propose en exclu et en avant-première sa nouvelle collection !

- pour les vendeurs pros et particuliers, ils sont payés au moment de la transaction, et pas un mois plus tard. Quand on veut vendre notamment de l'occasion, on veut s'en débarrasser et ne pas passer des heures à négocier. Sur Affairesdemomes, les internautes achètent et payent la livraison, et le vendeur envoie son produit après avoir reçu son argent. Je précise que l'acheteur à une garantie Livré ou Remboursé.



Le domaine de l'enfant est concurrentiel, comment t'es venue l'idée de te lancer sur ce créneau ?

Il y a effectivement plus de mille marques je pense si on prend toutes les catégories bébés et enfants.

Fin 2009, l'envie de créer une entreprise était là, et j'avais commencé à chercher des idées. L'embryon d'idée m'est venue lorsque je cherchais un cadeau de naissance pour une amie. J'ai passé littéralement des heures à tourner dans les magasins, qui ne proposaient rien d'original et à des prix assez chers.

J'ai aussi passé beaucoup de temps sur le web, et là j'ai trouvé énormément de boutiques sympa, mais j'ai du fouiller, et les prix étaient toujours assez élevés. Lorsque je parlais de ces marques à mes amis parents, ils ne les connaissaient pas !

Enfin il n'y a aucune boutique pro sympa sur les grandes places de marché.

C'est là que je me suis dit qu'il y avait sans doute une manière plus simple et moins cher de trouver des choses sympas pour les enfants sur le web.

En analysant le marché, je me suis dit que la place de marché avec de l'occasion et du neuf moins cher était une bonne approche : le modèle est largement éprouvé et fiable, les acheteurs et les vendeurs comprennent immédiatement ce dont il s'agit. Les vendeurs pros savent très bien que les parents n'ont pas toujours besoin de neuf, et s'afficher aux côté de produits d'occasion ne les dérange absolument pas.

Comment te démarques-tu de la concurrence, quelle est ta stratégie de communication ?

Il y a d'abord les petits plus dont je parlais plus haut.

La notion d'univers est aussi extrêmement important pour les marques enfants. Sur le site, il y a un showroom qui présente les vendeurs pros, ils ont chacun une boutique dédiée, un bandeau "neuf" qui s'affiche sur leurs articles, tous les vendeurs pros ne sont pas acceptés si leur positionnement ne correspond pas à ce que je veux proposer, etc... mais il y aussi des outils commerciaux : les silhouettes par exemple, qui permettent d'acheter plusieurs produits à partir d'une seule photo. D'ailleurs à ma connaissance, Affairesdemomes.com est la seule place de marché à proposer cet outil.

Et pour tous les vendeurs, pros et particuliers, je leur propose une audience composée à 100% de parents, qui viennent sur le site avec une seule idée : faire des achats pour leurs enfants. J'ai plusieurs idées pour la suite, très différentiantes par rapport à la concurrence, mais je vais déjà voir le comportement du site avec cette V1 et engranger du chiffre d'affaire avant de dépenser d'autres sous :-).

Ma stratégie de communication est pour l'instant celle de tous les sites qui se lance : Le "Débrouille Marketing" (pour rester poli) !

Plus sérieusement, j'ai adopté une approche de pur bouche-à-oreille depuis le début : j'ai créé 1 an avant le lancement un blog, en septembre 2010, affairesdemomes-leblog.com. Ce blog relayait chaque jours de la semaine un bon plan enfant. Je faisais découvrir une marque sympa et originale, avec une approche de bon plan tarifaire. J'ai annoncé dès le début que ce blog était un préambule au site d'achat-vente. J'ai relayé ce blog sur Facebook et Twitter. D'ailleurs, les fans sur facebook ont spontanément commencé à déposer des petites annonces sur la page dès le mois d'octobre !

Le but était surtout de commencer à se constituer une petite base d'audience fidèle, sans leur cacher mes intentions, de me faire connaitre auprès des marques et boutiques, et de connaitre les bloggueuses et bloggueurs papas et mamans, qui sont d'importants influenceurs sur ce marché. Et grâce au blog, c'est toujours plus facile de contacter les gens d'abord pour leur dire que vous voulez parler d'eux :-)

J'ai fait aussi un e-book collaboratif sous forme d'abécédaire avec 26 blogueurs et blogueuses papas et mamans en octobre 2010. Ils l'ont tous évidemment relayé, et cet e-book à été lu par plus de 40 000 personnes.

Aujourd'hui, les 1450 fans et 450 followers constituent mon socle de communication, ainsi que la base d'abonnés à la newsletter. J'ai repris le blog que j'avais un peu mis de côté depuis le lancement en août, toujours avec ce principe de faire découvrir des marques. Je travaille aussi avec des bloggueurs sous forme d'échange de visibilité. Par exemple, chaque semaine, c'est une bloggueuse maman qui fait la Sélection de la semaine. Je fais aussi de l'affiliation directe avec elles depuis quelques jours (comme LaMereJoie.com par exemple, dont le blog fait plusieurs milliers de visites par jour).

Je commence aussi à travailler à fond le SEO (qui n'est pas encore implémenté,soit indulgente Peggy ;-) ), l'affiliation directe et le netlinking avec les blogueuses Et je vais m'attaquer aux RP. J'ai déjà eu un article dans MyLittleKids.fr, le nouveau site de MyLittleParis. Je suis en train de refaire mes outils de communication (avec l'aide non négligeable de Roxane, qui s'y connait en RP, sur un secteur pourtant peu évident en terme d'image !) Je privilégie donc les modèles à la performance et les RP. Le SEM ne fait pas partie de mes priorités, l'achat de base non plus.

J'en profite : si vous pensez que nous avons des choses à faire ensemble, n’hésitez pas à m'appeler sur mon portable (07 602 601 81) ou à m'envoyer un mail : julien(at)affairesdemomes.com ! :-)

Comment vois tu ton avenir ? Un autre site, se la couler douce, business angel...

Peggy, je crois que comme tout le monde, j'aurais aimé mettre le site en ligne et voir des milliards d'internautes s'y ruer... Bizarrement, ça ne se passe pas comme ça ! ;-).

Ma priorité absolue est de travailler la rentabilité et la trésorerie : me construire une courbe d'expérience significative en termes de taux de transfo, de panier moyen, de nombre moyen d'articles par achat et pourquoi pas de repeat business.

Ensuite, une place de marché demande par définition d'avoir beaucoup d'acheteurs et beaucoup de vendeurs. L'ouverture du capital est donc clairement une possibilité à termes pour accélérer fortement le recrutement de vendeurs, d'acheteurs et aussi pour structurer l'entreprise (je n'ai pas vocation à tout faire tout seul toute ma vie :-) ).

Que penses-tu du e-commerce en France ? Y a t'il encore de la place pour se lancer, se faire connaitre, devenir un gros site ?

Je dirai que pour mettre toutes les chances de son côté, il faut résoudre un vrai problème pour les consommateurs et bien s'entourer.

- Le meilleur moyen de savoir si on résout un problème est de chercher si les gens résolvent ce problème de toute façon, avec ou sans vous. Je ne parle pas de la concurrence (qui doit exister d'une manière ou d'une autre pour valider votre marché), mais bien de la débrouillardise. Par exemple, les amis se refilent les articles de leurs enfants entre eux pour faire de la place chez eux et éventuellement pour l'appât du gain : ils s'appellent, s'envoient des mails, postent leur photos sur facebook. Il y a donc un vrai besoin viscéral que ces personnes résoudront de toute façon, avec ou sans vous. C'est seulement ensuite qu'on peut se positionner par rapport à la concurrence.

- L'entourage est très important, surtout lorsqu'on se lance seul comme moi. En fait, je ne suis pas vraiment seul. J'ai d'abord les agences qui font le site, une personne qui gère le SEO. Et puis quelques personnes qui ont très bien réussi dans le web et avec qui je discute ponctuellement du site et de la stratégie de développement.

Pour devenir un gros site, oui c'est possible, il faut simplement savoir ce qu'on entend par "gros" site. Pour Affaires de Mômes, être la place de marché référente sur les articles bébés et enfants me semble un bon objectif pour l'instant :-).

Quelle est ton idole dans le monde du web ?

Je n'irai pas jusqu'à utiliser ce mot, mais il y a des personnes aux idées et au parcours inspirants, au-delà des grandes figures qu'on voit tous les jours dans la presse. D'abord il y a toi Peggy :-) Honnêtement, je ne sais pas comment tu fais pour gérer 3 sites et 3 blogs. Il y a aussi Louis-Alexandre, le fondateur d'OpticienOnline, que j'ai rencontré grâce à toi : un self made man qui n'avait pas ouvert un ordinateur avant 2005 et qui a expédié 25 000 colis l'année dernière avec son site. Michel de Guilhermier, que je ne connais pas personnellement, mais j'adore son approche hyper pragmatique du business. Patrice Cassard pour sa capacité inégalable à créer un engouement autour d'une marque. Richard Millington pour son approche très "how to" du community management (l'idée de l'e-book m'a été directement inspirée de son blog). Rhooo.com pour l'inspiration en design. 37Signals (j'aimerai être autant "lean" qu’ils le sont, mais je n'y arrive pas pour l’instant !). Guilhem Bertholet dont le blog à été ma bible pour bien matérialiser Affaires de Mômes (et que je continue de lire !). Frédéric Cavazza pour sa capacité à conceptualiser simplement et brillamment le web.

Quelles sont tes passions en-dehors du web ?

Le golf !! Je crois que c'est un sport qui ne peut pas laisser indifférent : on aime ou on aime pas, mais il faut essayer pour savoir.