Il y a des artistes que l'on aime dès la première écoute et d'autres qu'il faut apprendre à apprécier malgré une première impression pas top. La première fois que j'ai entendu la voix aigrelette de Blossom Dearie c'était chez mon père qui avait acheté un improbable import japonais que j'ai tout de suite détesté avant de lui piquer le disque des années plus tard. Blossom Dearie est une pianiste chanteuse de Jazz américaine qui a vécu à Paris une bonne partie des années cinquante et qui a continué à chanter de nombreuses chansons en français malgré un accent à couper au couteau. Blossom Dearie est morte samedi dernier et aucun des journaux en ligne que je consulte n'en a parlé. Heureusement TSF-Jazz (89.9 FM, en région parisienne uniquement) lui a rendu hommage aujourd'hui et je relaye cet hommage dans ces pages.

J'ai longuement cherché "let's go where the grass is greener" qui est pour moi une des plus belles chansons de l'univers, mais elle n'est pas disponibles sur les sites d'écoute légale que je consulte d'ordinaire. Alors je vous en donne plein parce que je ne peux pas choisir, elles sont toutes biens ces chansons:

Celle-là, celle-ci, ou encore celle-là, mais on ne peut pas passer à côté de celle-là, ni de celle-ci non plus. Et puis il y a aussi celle-là qui est ma préférée après "let's go where the grass is greener que je suis très déçu de ne pas pouvoir partager avec vous: