En ce lundi 8 août, jour historique d'un nouvel effondrement boursier (là il est minuit, j'ai pas les chiffres, sauf Ryad et Tel Aviv, autour de 6% de baisse carrément !!) après la dégradation de la note des USA vendredi soir par Standard & Poors, passée de AAA à AA+. Personnellement j'ai bien cru qu'ils allaient encore une fois s'en sortir en usant de tout leur charme, enfin pouvoir, sur les agences de notation et continuer à pouvoir emprunter sur les marchés mondiaux à un faible coût. Mais non pas cette fois-ci. Et même si le gouvernement invoque une erreur d'estimation de la dette de 2000 milliards de $, la dette n'en reste pas moins abyssale : 14 580 milliards de $ la semaine dernière, soir pllus de 100% du PIB ( à titre de comparaison l'endettement de la France est de 86% du PIB).

Autant dire que la crise économique mondiale qui sévit depuis 2007 n'est pas prête de s'arrêter, voire pire elle pourrait s'aggraver et faire tomber les entreprises une à une. Quoique la France serait épargnée, dixit François Baroin, qui, le pauvre, a du abréger ses vacances d'été pour venir nous rassurer : La France va bien, n'ayez pas peur. Il y a une croissance, les banques sont solides, le taux de chômage baisse, la main d'oeuvre est qualifiée, les naissances battent des records, le soleil revient... Cherchez l'intrus !

C'est ce que j'appelle le complexe du bisounours, auquel on peut ajouter le célèbre proverbe de Dany Boon "je vais bien, tout va bien". C'est sûr si on est salarié, qu'on a une maison, une famille, 2 enfants, un chien, un monospace, une assurance-vie,15 jours de camping en été et 8 jours de ski en hiver, tout va bien.

Mais si on dirige une entreprise on a de quoi se créer un ulcère !! Une crise boursière et financière doublée d'une crise économique c'est un ralentissement de la consommation, avec baisse des ventes et du panier moyen. Des fournisseurs qui vont réduire leurs délais de paiement et leurs remises et très certainement à terme une hausse des charges sociales et des impôts pour financer la relance économique.

Voilà c'est pas pour plomber l'ambiance de vos vacances, mais juste une réalité. D'ailleurs saviez-vous que de plus en plus de sites internet sont en liquidation judiciaire ?