Chaque matin, je m'offre une escapade Au bout du monde. Chaque matin, c'est le même rituel, poser clefs, laptop et carnet de notes sur la table puis se perdre dans la contemplation de cet horizon changeant, comme si je pouvais m'y fondre. L'espace de quelques minutes, je suis partout et nulle part à la fois.

Sa terrasse face à la mer, loin de toute activité touristique, est en train de devenir ce qu'était la Tabatière à Versailles : mon petit refuge matinal, ma bulle d'éveil dans un environnement qui se met lentement en mouvement.

C'est vrai, j'y ai perdu en truculence, les conversations de comptoir qui ont fait les grandes heures de la Tabatière me manquent un peu. Mais j'y ai gagné en apaisement...