Mardi 18h. Toute guillerette de voir un semblant de ciel bleu, je suis partie faire un tour. Un passage à la Poste, un passage à la banque, un petit bonjour à la maman de Hadrien, une flânerie par-ci, une baguette achetée par-là. Je fais toutes les boutiques du quartier, comme ça, pendant une heure.

En arrivant devant chez moi, je commence à glisser la main au milieu du capharnaüm qui me sert de sac...pas de bruits de clefs qui tintent les unes contre les autres. Je me décide ouvrir en grand les entrailles de la bête : pas le moindre trousseau à l'horizon. Je tâte à tout hasard mes poches, rien. Damned, à tous les coups elles sont restées posées sur le comptoir à la Poste.

Qu'à cela ne tienne, j'ai fait ce genre de truc à la con qu'on voit dans les films : casser un carreau, ouvrir la fenêtre et l'enjamber. Han, que c'était bien ! Finalement, j'aurais du perdre mes clefs avant, histoire de voir ce que ça faisait.

Si jamais je change de métier, je pourrais essayer d'être cambrioleuse, non ? Si ça se trouve c'est tout aussi rentable risqué palpitant qu'être entrepreneur. Par contre, en attendant, il va falloir que je m'improvise vitrière !