Je dégustais tranquillement mon espresso du matin, tout en racontant à Maria - la patronne de la Tabatière - que je partais en vacances. Elle me dit "nous aussi, on part, en février".

Sauf que j'ai mis cinq minutes à comprendre que pour eux, les vacances, c'est définitif. Ils ont vendu la Tabatière ! Franchement, ça devrait pas être permis de faire ce genre de trucs à ses clients fidèles.

Va falloir que je m'habitue à une nouvelle tête et que le café soit aussi bon, sinon, je vais être irrascible tous les matins. Et puis la terrine du midi, hein, ils y ont pensé à la terrine ? Est-ce qu'ils vendent la clientèle avec le livre de recettes, au moins ?

Comme Maria a vu que ça m'affectait vraiment, elle m'a offert mon café, ce matin. Mais quand même, ça ne remplacera pas leurs frites maison...