Le moral de l'entrepreneur suit une courbe sinusoïdale, faite de hauts (très hauts) et de bas (très bas). Ce soir, comme toujours en grosse période d'activité, j'ai joué mentalement avec la tentation de mettre le site en carafe, de fermer la porte et... d'attendre les mails d'insultes des clients mécontents.

Je sais, faire ça, ce serait un peu comme si j'annonçais à Adèle que le Père Noël est en grève pour une durée indéterminée, rapport au maintien de ses avantages sociaux, sa retraite, tout ça... Je me suis contentée d'une pause.

A l'heure qu'il est, si je n'ai plus de cerveau, plus de bras, et les mains en piteux état, le coup de feu est totalement géré. Et - up moral - il faut avouer que c'est avec plaisir que j'écris face à tous ces cadeaux qui ont envahit l'espace...

C'était la plus grosse journée de décembre en volume de colis (enfin j'espère, parce que je vous préviens : si demain c'est pareil, on crève les pneus du facteur - histoire d'avoir une excuse pour ne plus expédier ;)