"Mais putain, Mathilde, souris au moins quand tu m'annonces que ta boite fait 80% de croissance !" La conversation a commencé sur ce ton, sur les angoisses dont je vous ai fait part la semaine dernière.

Quatre heures (et une bouteille de Graves millésimé) plus tard, une version idéale de ma petite entreprise était couchée sur le papier. Il n'y a pas à tortiller, le sujet me travaille...jusque dans les soirées avec les proches.

J'ai réalisé à cette occasion qu'il m'est essentiel d'en parler avec des personnes qui ont une vision différente de l'entreprise. Des gens qui ne sont pas sous perfusion wi-fi quasi permanente, le nez dans le guidon et les mains sur le clavier. Des gens qui me connaissent suffisamment bien pour me dire si telle ou telle option correspondrait à mon fichu caractère indépendant.

Au final, après quelques nuits à retourner le truc dans tous les sens, j'ai décidé de me donner un trimestre pour mieux organiser Bagatelles, faire le point sur la manière dont les choses sont faites et prendre un peu de distance par rapport à la production.

Ensuite, ça sera le moment de se remonter les manches pour atteindre ce fameux objectif de la boite idéale, celle où il fera bon vivre pour moi et les gens qui la rejoindront.

To be continued...