Par Hadrien dans La chronique d'Hadrien

Hier soir à l'Assassin, un client s'est fait voler son tout nouvel Iphone qu'il avait reçu seulement 4 jours avant. Ca craint. Le client en question (après que je lui ai offert ses consommations de la soirée, maigre consolation) m'a assuré qu'il reviendrait avec ses potes, qu'il aimait bien l'endroit et qu'il avait passé une bonne soirée avant de s'aperçevoir de la disparition. Néanmoins, ça donne un image pas terrible du bar. Voilà pourquoi je n'achète jamais un objet volé. Encore, un truc tombé du camion (ndlr: volé neuf dans son emballage à une grande entreprise multinationale qui exploite le petit peuple), j'aurais sûrement moins de scrupules. Mais un téléphone ou, pire, un ordinateur portable volé à un particulier, je trouve que c'est presque du viol. On met tellement de nos vies dans nos petits appareils, photos, videos, messages, numeros, tous irremplaçables, que le vol de ces objets dépasse largement la valeur monétaire du truc. Souvenez-vous de ma souffrance lors du viol de ma Skoda (prononcez Chkodâ, c'est Tchèque).