Au tout début de l’activité de Bagatelles, l’urgence de produire une gamme m’avait poussée à partir de noms de produits que j’avais de longue date dans la tête. De là, j’ai cherché tout ce qui pouvait coller autour des thématiques portées par les différents noms.

C’était sympa comme manière de travailler, mais pas vraiment optimal. Mes amis doivent se souvenir encore des samedis après-midi passés à faire des essais de paquets cadeaux foireux, tout autant que des produits jolis comme un bouquet mais absolument impossibles à expédier.

Depuis, j’essaie de travailler de manière (un peu) moins empirique et de penser mon produit en termes de faisabilité avant de me lancer dans des commandes auprès de mes différents fournisseurs. En général, ça se traduit par une liste d’objets et autres petites choses qui vont aller dans un contenant choisi pour sa capacité à voyager facilement.

Si c’est une meilleure méthode de travail, ça a déplacé la problématique du nom. Trouver des noms de produits sympas et qui portent l’atmosphère du cadeau n’est pas si évident. Quand on a créé pas loin de cent produits en trois ans, on a un peu fait le tour de ses petites formules qui vont bien.

Tout ça pour dire qu'aujourd’hui, alors que je dois nommer une dizaine de nouveautés, j'ai une conscience plus aiguë du fait que je pourrais me planter royalement. D'après vous, qu'est-ce qui se passerait si je me mettais à appeler les nouveaux cadeaux d’amour « une nuit avec Gégé » ou bien « Capri c’est fini » ?