Hier j'ai fait la pire choses qu'on puisse faire un dimanche : j'ai passé l'heure du déjeuner chez Ikea. J'avais besoin de tissu.

En arrivant, je suis restée plantée à l'entrée du magasin pendant dix minutes, hésitant à me lancer dans l'arène. Ikea, un dimanche, c'est éprouvant. Niveau 9 sur une échelle de stress de 1 à 10.

J'y ai trouvé des couples établis, s'engueulant à propos de la couleur du canapé ; les inévitables tourtereaux "tout ce que tu voudras mon amour" hésitant au rayon des rideaux ; et aussi l'habituelle palanquée de mômes courant dans tous les sens.

Avec leur catalogue édité à 190 millions d'exemplaires dans le monde (sic), je constatais avec une pointe d'angoisse orwellienne que d'une idée de démocratisation du design, on se dirige doucement vers l'uniformisation des intérieurs.

Bref, tout ça pour dire qu'hier, à l'entrée d'Ikea, j'ai été prise d'une certitude : je n'irai plus chez Ikea ! Enfin, au moins le dimanche...



crédit photo