C'est la rentrée, je viens de payer plein de factures, de rhabiller Adèle pour l'hiver, et il me faut un nouveau moyen de locomotion. Bref, je commençais à me dire que fin septembre, ça risquait d'être coquillettes-jambon à tous les repas.

Et bien même pas, m'annonce un magazine posé dans la salle d'attente de mon médecin. Les pâtes que je projetais de manger ? Leur prix va augmenter de 5 à 10%. Ma tranche de jambon blanc ? Elle prend 6 à 10%. Idem pour le poulet.

Qu'à cela ne tienne - me dis-je - je soignerai ma petite déprime de l'hiver à grands coups de chocolat et de bière... Que nenni : ils vont prendre respectivement 5 et 10%.

Bon, ben je fais comment pour suivre, avec tout ça ? J'augmente le prix de tous mes produits de 5 à 10% ? Impossible, le pouvoir d'achat des gens ne suit pas à ce point...

D'ailleurs, les étudiants, ils vont se mettre quoi dans l'estomac cet hiver ? Parce que les produits énumérés ci-dessus, ça ressemble quand même furieusement à ce qui a été la base de mon alimentation pendant quelques années...