Tiens, ça faisait longtemps qu'il n'y avait pas eu de chaîne à passer par moi. Ou alors c'est parce que j'ai oublié de répondre aux dernières en date. Toujours est-il que Vanina me passe un petit questionnaire, et je m'exécute en prenant huit phrases que j'ai en tête en rédigeant ce billet...
  1. "Envisagez-vous de créer votre propre entreprise, un jour ?" J'ai dit oui et décroché mon dernier job de salariée en date. Deux ans plus tard, je quittais la SSII en question avec une prime qui m'a permis de monter ma boite.

  2. "Toi, tu as un forfait -pas d'amis-". La phrase fétiche d'un de mes meilleurs amis, justement, qui désespère de me voir trouver le temps de décrocher mon téléphone plus souvent.

  3. "Tu sais, à ton âge, divorcée et avec une petite fille, tu ne peux pas te permettre de faire la difficile". Ma mère, essayant de me caser avec un célibataire habitant près de chez elle.

  4. "Oh ben là, faudrait tout changer, il y en aurait pour.... deux cent cinquante euros". Le plombier, qui est venu chez moi écouter la machine à laver pendant vingt minutes avant de me sortir un catalogue de machines neuves.

  5. "Oh ben là, faut tout changer, ça ira chercher dans les.... cinq cent euros". Le garagiste, à propos de ma voiture, dont la serrure déconne. Lui ne m'a pas sorti de catalogue de voitures neuves.

  6. "Bonjour, nous sommes le club de foot de V. et nous aimerions recevoir des dotations à offrir à nos supporters". L'exemple type des mails que je reçois tous les jours. Je n'ai pas encore osé leur demander s'ils pensaient à des jeux amoureux...

  7. "Son analyse graphologique révèle une personnalité autonome, organisée mais irrespectueuse des règles de la hiérarchie". La phrase qui m'a fait rater un job dont je rêvais.

  8. "Non, vraiment, Madame, même si vous insistez, je ne peux pas lui mettre la moyenne en dessin". Ma prof d'arts, en quatrième, à ma mère qui essayait de lui faire croire que, contrairement aux apparences, j'étais très douée.

Pour le relais, je refile le questionnaire à Hadrien, et je lui laisse le choix des prochaines victimes parmi les lecteurs du blog...