Des zozos partout. Enfin dix, plus exactement, pas plus hauts que trois pommes. Un peu timides au début, louchant sur les brochettes de réglisse, les ballons de baudruche, les gâteaux chantilly, et la maison faite de pain d'épices, de bonbons et de pâte d'amandes.

Dix mains potelées se tendront, puis vingt. Et malaxeront par poignées entières gâteaux et sucreries, joueront avec les flaques de sirop à l'eau qui formeront des tâches colorées sur la table.

Des petites montagnes de chantilly-biscuit-nutella colmatées au ciment grenadine surgiront, arborant des formes diverses et une stabilité aléatoire. De la table elles sauteront dans les bouches mais aussi sur les têtes blondes, et allant parfois jusqu'à s'étaler sur les murs.

Dilemne : faudra-il prendre de jolies photos des quatre ans barbouillés d'Adèle ou éviter le carnage en leur racontant l'histoire de Hansel et Gretel ?