C'est la catastrophe : les macarons, ces petits trucs ronds et bons, ne pourront pas être mis dans notre nouveau produit. Impossible à conserver plus de quelques jours, donc invendables.

A la limite, même si on prenait le risque de travailler en flux tendu, c'est encore un coup à ce que je sois "obligée" de manger une partie du stock (un peu comme pour les sablés de Michel & Augustin, hein).

Bref, on relance le débat des trucs à grignoter qui rimeraient bien avec Champagne et rendez-vous dans l'herbe...