Que faisais-tu juste avant de créer Oh! mon doudou ?

Des études artistiques, un passage aux Arts déco de Nice et un diplôme en communication. Hésitation entre l'Art avec un grand A et la réalité. C'est la réalité qui a gagné avec un boulot de conceptrice dans une agence de pub à Monaco. L'arrivée du 1er enfant et l'annonce de son handicap (trisomie 21) stoppe ma carrière dans la pub car je comprends vite que ce métier, où on est toujours charrette, ne me laissera pas la possibilité de le suivre dans ses évolutions. Suivent 3 autres enfants, puis un divorce et une famille recomposée (5 enfants 1 semaine sur deux et 7 pendant la moitié des vacances de 13,12,12,10,9,6 et 5 ans ).

L'idée de faire des objets design pour enfants est venue au contact de Marie mon associée qui trouvait comme moi que les enfants avaient droit à des objets design mais adaptés à leurs exigences.

La création d'entreprise, c'est venu avant ou après les enfants ?

Dans "création d'entreprise" il y a "créer", et monter sa boîte, même si l'on est deux, c'est comme une toile qui se peint au fur et à mesure, on s'y donne corps et âme, on est toujours un peu influencé mais en général elle vous ressemble beaucoup et c'est ça qui est grisant. En concevant et fabriquant des doudous pour les enfants, c'est un peu comme si on n'arrêtait pas vraiment de penser à eux mais aussi à leurs parents, qui se retrouvent confrontés au même dilemme que vous et moi : "y en a marre de ces trucs rose B.... ou de ces peluches fabriquées en Chine !" Alors le pas n'a pas été difficile à franchir, faire du doux, du beau et de manière éthique (j'aimerais bien bio mais c'est encore difficile !) que rêver de plus ? Donc en décembre 2006, la famille des Oh est venue agrandir la mienne et celle de Marie !

5 ou 7 enfants, un homme, un ex et l'ex de mon homme : c'est déjà une PME à gérer ça, non ?

Fais-nous rêver... ta journée type ressemble à quoi ?

Alors je travaille de la maison pour pouvoir choisir mes priorités selon les activités des enfants, leur nombre et mes tâches pour Ohmondoudou. Mais ce n'est faisable qu'avec l'aide de mon homme, qui me donne un réel coup de main dans le quotidien, car je ne suis pas superwoman et mes journées n'ont que 24 heures comme pour tout le monde ! La plus grande difficulté c'est de bien dissocier les moments dédiés au travail ou aux enfants, de ne pas tout faire en même temps et de jongler avec les casquettes sans se mélanger les pinceaux et appeler la maitresse du petit dernier du nom de ce client qui vient de vous joindre au téléphone...Et inversement !

A la maison, le maître mot c'est : organisation sous Excel ! On a fait des plannings à faire pâlir d'envie les plus grands dirigeants de la planète business ! Tout ça pour avoir un maximum de temps à passer ensemble aux repas et le soir quand tout le monde se retrouve ! Le village des Yvelines où on habite est propice à une qualité de vie comme je la voulais, école à pied pour les enfants, gym à 2 minutes, et plein de mamans prêtes à s'entraider, une bonne recette, même s'il nous manque parfois un peu le soleil de Grasse que nous avions il y a 6 mois !Pour moi travail de 9h à 16h30 sans interruption. Les tâches ménagères se font en dehors de cet horaire sauf imprévu et il y en a, vous imaginez bien ! Marché le dimanche matin pour tous les produits frais et courses sur........direct.fr, vacances réservées sur wwww........com : vive le cyber commerce ...Et le soir devant la télé, quand tout les enfants dorment, je brode des doudous, mais il faut faire attention à ne pas les rembourrer avec les chaussettes des enfants...C'est déjà arrivé !

Maman, femme, chef d'entreprise... Tu as un truc pour maintenir l'équilibre ?

L'équilibre : ne jamais refuser un câlin avec son petit ou une invitation au restau avec son amoureux pour la Saint Valentin même si le site est planté depuis deux heures ou la TVA en attente car on a vraiment besoin de leur soutien pour avancer dans son entreprise...

Et enfin, une anecdote à nous raconter sur les enfants + ta boite ?

Les premiers clients de Ohmondoudou ont bien sûr été nos enfants, les prototypes traînent quelques part dans les coffres à jouets, et les plus grands parlent de nous à leurs copains ou sur leurs blogs. Mais il y a quelques semaines, quelle ne fut pas ma surprise, quand je fus convoquée par la directrice de l'école de ma fille Kerrys, 10 ans, car elle avait subtilisé dans mon stock des badges et les revendait aux autres élèves à la récréation dans un super packaging "fait maison"...