Tu imagines un peu le carnage ? On voit passer des dizaines et des dizaines de mots d'amour toute la journée. A tel point qu'on finit par être persuadées que dans la vraie vie, les gens s'écrivent des poèmes tous les jours, qu'ils jouent à des jeux érotiques à longueur de temps, et que chaque minute qui s'écoule apporte son lot de petits nuages ronds et roses.

Et puis le soir, quand on rentre chez nous, la première chose qu'on voit, c'est un frigo vide et/ou les pieds de Monsieur posés sur la table du salon. On a beau chercher partout, retourner notre chambre, regarder sur le frigo, vider nos poches, on est bien obligées d'admettre que tout ce rose, il n'est pas chez nous. Alors quoi ? C'est Monsieur qui se fait allumer, le pauvre. Alors qu'il était tranquille devant son film, en attendant sa douce.

Tout ça pour te dire, Cupidon, qu'avec ton pote Valentin vous seriez quand même gentils de ne pas nous oublier, hein. Parce qu'avec tout ce qu'on fait pour vous en ce moment...