Par Mathilde - dans Au fil de l'eau

Aujourd'hui, c'est le moment où on arrive en fin de stock sur les bouchons en liège qui servent pour les Messages en Tubes. Mon fournisseur a une usine en province et une boutique sur Paris. A l'usine, quand je les appelle, ils me basculent automatiquement sur la boutique qui est tenue par une (charmante) vieille dame.

Le problème avec elle, c'est qu'elle compte toujours les bouchons devant moi. J'ai beau l'appeler avant pour la prévenir, elle a beau vérifier qu'elle a le bon nombre en stock, elle ne peut pas s'empêcher de tous me les déballer et de les compter un par un. Et, dans ces cas là, il faut croiser les doigts pour que personne n'entre dans la boutique au moment où elle a commencé ses calculs.

Classiquement, quand on en est à 3000, qu'il en reste encore 2000 à compter, c'est le moment que choisit un vieux monsieur pour entrer. Au moment même où la petite sonnette de la porte résonne, je comprends que c'est foutu, qu'il veut tout de suite des renseignements sur un truc essentiel du genre "quelle densité de mousse de liège pour un oreiller, quand on dort sur le dos?".

J'en ai passé du temps à "admirer" les horreurs en liège vendues dans la boutique , pendant qu'elle alignait les bouchons...