Par Mathilde - dans Au fil de l'eau

Il ne faut pas se fier aux apparences, je ne passe pas ma vie uniquement sur le web, je lis aussi pas mal de presse papier. Des magazines féminins ou urbains pour repérer des tendances ou des marques avec lesquelles je pourrais travailler, et quelques magazines un peu plus spécialisés parmi lesquels Enjeux Les Echos. Ce mois-ci, ils ont réalisé un dossier court sur les nouveaux sociostyles.

C'est assez intéressant de voir que nos modes de vie nous ont amené à avoir des comportements de consommation moins homogènes et plus transversaux. Ainsi, on estime que les anciennes catégories liés à des critères d'âge, de sexe ou de pouvoir d'achat deviennent obsolètes au profit de grandes tendances comportementales transverses.

A la lecture du descriptif des sociostyles repris ci-dessous, je me demande si désormais la classification de base par CSP ne sera à l'avenir qu'un concept destiné à rassurer les banquiers lors de l'élaboration d'un business plan...

Dites moi, vous vous reconnaissez là-dedans ?
  1. Les créatifs culturels : branchés écologie, impliqués socialement, ils sont mus par une grande sensibilité spirituelle.
  2. Les LOHAS (Lifestyle of health and sustainability) : comme les créatifs culturels mais en plus égocentriques donc branchés santé, développement durable, mais aussi très adeptes de technologie.
  3. Les Easy adopters : pragmatiques, en quête de facilité et d'hédonisme (ce sont eux qui achètent les produits tous prêts, packagés à l'unité)
  4. Les hypermobiles : les plus infidèles en matière de consommation, ils sont dans la flexibilité du temps, l'hyperconnexion et la multifidélité
  5. Les néorigoristes : ce sont ceux qui pensent qu'on devrait dissuader les gens de boire chez eux, que les 4x4 ne devraient plus avoir accès au centre-ville et que les sucreries et boissons gazeuses devraient être interdites à l'école