Par Mathilde - dans Au fil de l'eau

Il y a un truc qui se passe avec le tricot : depuis deux ans, toutes mes copines s'y sont mises. Un vrai gang de tricoteuses, armées d'aiguilles et bouts de laine, qu'elles dégainent dans le métro, dans le RER, et autres situations d'attente. Même ma super gothique d'amie, Amandine, compte les mailles et réalise des pulls et autres écharpes. Bref, c'est l'engouement.

Le week-end dernier, se déroulait le salon Créations & Savoir-faire, lieu qu'on m'avait vendu comme le temple de la bidouille à la main. J'avais une invitation, Amandine y allait, j'ai sauté sur l'occasion en me disant "il faut absolument que je vois ça, pourquoi tricotent-elles toutes ? ".

Bon, vous voyez le film Arsenic et vieilles dentelles ? Ben c'était pareil, au niveau population, sauf qu'il manquait l'arsenic. Non, plus sérieusement, j'étais assez déçue. On y vend des kits à réaliser soi-même pour une fortune, en vous disant que ça fera un merveilleux cadeau de Noël. Franchement, moi on m'offre une scène de chasse brodée main, je ne sais même pas si j'arriverai à composer un sourire figé de remerciement poli.

Heureusement, il y avait quelques créateurs qui ont des idées originales. Mais ils sont rares. A vrai dire, le coin qui m'a le plus intéressée, c'est celui pour lequel je suis assez dépourvue de talent : la cuisine ! Dans un coin, une immense fontaine à chocolat rappelait furieusement Willy Wonka et donnait envie de mettre la tête dessous. Dans un autre espace se trouvaient les éditions La Martinière, avec leurs magnifiques livres de cuisine. Et j'avoue que là, j'ai craqué sur les photos superbes et le concept : cet hiver, chez moi, on mangera dans un verre !