J'étais content d'avoir eu la réponse de la banque l'autre jour. La pression retombait enfin. Le problème c'est que ma charmante banquière lit le blog (je dis charmante puisqu'elle lit le blog). Elle a été très choquée des remarques que j'avais faites envers l'enseigne pour laquelle elle travaille. Mme M., vous m'en voyez désolé. Le ton n'était peut-être pas le plus juste et c'est vrai qu'il faut bien que j'en rajoute (un peu) pour exciter le lecteur. Quand France Dimanche titre "J-L Delarue frôle la mort sur le périphérique", c'est plus vendeur que la vérité. "J-L Delarue s'est fait faire une queue de poisson par un taxi entre la porte dauphine et la porte d'Auteuil", ça ne fait pas vendre du papier. Alors j'avoue avoir cédé au sensationnel. Je n'ai pas altéré la vérite, cependant. Si j'étais dans cet état de stress, c'est bien parceque pour des complications administratives que je n'ai pas bien saisies, le dossier a mis beaucoup plus de temps que ce que vous nous aviez annoncé. Si le trait a été forci, il n'y a pas un mot qui ne soit pas l'exacte vérité. Et puis, après tout, vous vous en sortez beaucoup mieux dans ces pages que ces ******* de la Banque Populaire, de quoi vous plaignez vous?