Par Mathilde - dans Au fil de l'eau

Que celui qui n'a jamais regardé frénétiquement les statistiques de visites de son site ou blog me jette la première pierre : lutter contre le côté addictif de certains outils web relève du parcours de l'héroïnomane repenti.

Avec Bagatelles, j'ai commencé par le back office du site marchand : regarder combien de personnes étaient en ligne au milieu de la nuit me fascinait. Pour un commerçant, c'est le rêve d'avoir une boutique ouverte alors qu'il dort à poings fermés. Ensuite, mon cas s'est aggravé avec l'arrivée du blog. On est devenu deux à regarder les stats, Hadrien me faisant des digest de ses analyses pointues, pourcentages de croissance à l'appui.

L'arrivée d'une flopée de gadgets typiquement web 2.0 aurait pu signer la fin de ma santé mentale. Si j'ai encore du mal à ne pas me laisser tenter par un petit coup d'oeil à mon ranking Technorati, en revanche, j'ai résisté fièrement à l'installation du module mybloglog, qui m'aurait permis de voir votre trombine en temps réel, moyennant une usure excessive de ma touche F5...