Par Hadrien dans La chronique d'Hadrien

Pour répondre à Joëlle qui me demande si ma bronchite va mieux: non. Je ne sors toujours pas de chez moi. Je tourne en rond, j'écris beaucoup sur le blog, pour m'occuper, et je me fais une cure de cinéma. Je suis dans une crise vieux films américains. Les bons, ceux de Blake Edwards, Frank Capra ou George Cukor. Hier c'était Diamants sur canapé (Breakfast at Tiffany's) avec la délicieuse Audrey Hepburn, puis Arsenic et vieilles dentelles avec l'inénarrable Cary Grant, génie comique. Aujourd'hui c'est Cukor. J'ai commencé avec The Philadelphia Story avec en prime un casting sublime: Cary Grant, Katherine Hepburn (la soeur de l'autre) et James Stewart. Je sais qu'il ne faut pas abuser des bonnes choses, mais je ne crois pas que je vais résister à mon envie de me regarder My Fair Lady depuis le fond de mon lit. Comme ça je rêverais de la belle Audrey. A moins que ce ne soit Monkey Business: Cary Grant, Marylin Monroe et Ginger Rogers. Je pourrais aussi rêver de celles-là, j'hésite