Par Mathilde - dans Au fil de l'eau

Quand on a la chance d'avoir ma liberté professionnelle, c'est lamentable de se plaindre, je sais. Mais il faut que je vous avoue qu'en ce moment, quand j'ouvre ma boite mail, c'est un peu comme si j'ouvrais une boite de Pandore : elle contient plein de nouvelles "tâches" qui vont venir s'accumuler dans ma to do list sans que j'arrive à toutes les gérer efficacement.

Au niveau activité, cette rentrée ressemble au mois de novembre 2005, c'est à dire que je travaille déjà beaucoup pour la saison. Et je me demande chaque soir comment je vais faire pour trouver l'énergie de passer l'hiver. Je n'ai pas honte de le dire, j'ai parfois peur de ne pas être à la hauteur de tout ce qui tombe comme contrats. Avant j'avais peur que ça ne marche pas, désormais je vis dans l'angoisse que ça marche trop bien.

C'est difficile d'anticiper la croissance d'une boite comme Bagatelles. On a une saisonnalité forte : on peut faire jusqu'à 50 fois les volumes moyens en période de fêtes. Je sais qu'il faut que je fasse de toute urgence un plan d'action. Que je remette le nez dans les chiffres pour envisager de recruter plusieurs personnes, que je fasse un plan de trésorerie à moyen terme, que je ne me plante pas sur les stocks pour les cadeaux de Noël. Le genre de trucs qui m'angoissent tellement que parfois ça me bloque pour avancer.

Pour commencer, ce serait peut-être bien que je trie les piles sur mon bureau. Et puis j'irai me renseigner sur l'avancée des techniques de clonage...