Vous l'aviez compris, je suis de retour à Versailles depuis déja pas mal de temps. Mais alors qu'est-ce que j'attendais pour faire ma rentrée sur le blog? Plusieurs choses.

J'attendais d'abord d'avoir retrouvé l'inspiration. C'est difficile de se remettre à l'écriture après quelques semaines d'abstinence. J'ai aussi du mal à reprendre ma fréquentation des autres blogs (déja que....hein), ce qui ne facilitait pas mon retour sur le blog. Pendant mon absence, certains des rares flux RSS configurés dans ma page netvibes sont morts et j'ai terriblement la flemme de les remettre en route.

Il y a aussi le fait que j'attendais des photos de mes superbes souvenirs de vacances pour les illustrer, mes vacances. J'ai confié le travail à une grande agence de communication dont je tairais le nom. Dix jours plus tard je réalise qu'ils ont aussi des clients qui payent et qui passent avant moi. Vous trouvez ça normal? Néanmoins, je n'ai toujours pas les photos des merveilles que je vous ai rapportées d'Amsterdam alors je ne vous raconterais pas mes vacances à Amsterdam aujourd'hui, voilà.

On en vient alors à la charentaise, chère à Mathilde. Pour ça il faut que j'effectue un bond en arrière dans le temps, d'au moins une bonne dizaine de jours. A mon retour d'Amsterdam, justement. Parmi les centaines de mails me vantant les mérites de médicaments erectiles, s'est glissé un message de mon oncle Alex, qui vit à New York et qui me dit en tout et pour tout: " Tu es dans le coin la semaine prochaine?". Quel coin, d'abord? Je tente un message de réponse pour avoir plus d'informations, sans succès. Et voilà-t-y pas qu'pas plus tard qu'hier il m'appelle. "Hadrien, on peut se voir, je suis à Versailles jusqu'à 17heures et je repars pour NY lundi matin". Evidemment je brunchais à Paname. Retour à Versailles à 16h54, j'arrive à apercevoir le tonton pendant au moins 8 minutes (il sera en retard, tant pis). L'apercevoir c'est pas difficile, il fait 1m96. Mais ce que j'ai aperçu en premier, ce sont ses chaussures. Un espèce de truc hideux, à mi-chemin entre la charentaise, le sabot d'infirmière et la chaussure orthopédique: La CROCS

C'est vraiment très très laid, les siennes étaient rouges en plus. Il paraît que c'est la dernière mode chez les ricains. En plus c'est dans une espèce de mousse genre garniture de volant de voiture, très léger et mou. Comme il a les pieds aussi grands que les miens (47, c'est un truc de famille) je les ai essayées. Et ben ça me fait mal de le dire, mais c'est incroyable ce que c'est confortable. Mais c'est vraiment trop laid.


Raffinement ultime, il y a un genre de bride qui peut se porter devant pour faire sabot sans talon, plutôt pour flâner, mais qui se place à l'arrière pour bien maintenir le talon pour une marche plus soutenue. Evidemment, la semelle est recouverte de petits picots qui massent le pieds à chaque pas. Des amateurs?