Le cordonnier, M. De Jesus, n'a pas vraiment fermé cette année, je suis toujours réveillé trop tôt par les violents coups de marteau qu'il assène aux talonnettes récalcitrantes. Le fleuriste, Jonathan a rouvert tôt. Il ne pouvait pas abandonner ses plantes trop longtemps. Il a profité de l'été pour changer le store. Sa boutique s'appelle Bambou, désormais. Murielle, ma boulangère, n'a rouvert qu'une semaine après mon retour et j'ai souffert de la mauvaise baguette de ses concurrents. Elle a changé de coiffure (et de couleur) et semblait flattée que je le remarque. Jean-Claude aussi a changé de coiffure, mais c'est normal il est coiffeur et il profite toujours de l'été pour expérimenter un nouveau style. A la Tabatière, Maria a profité de son été pour dénicher des robes encore plus étourdissantes que celles qui faisaient déja tourner toutes les têtes du quartier et le patron, Daniel, qui semble avoir été touché par la grâce estivale, se montre parfois aimable et m'a même fait visiter les cuisines de la Tabatière. Impeccables. Il y a le petit restaurant "Gourmandises" dont je ne vous avais jamais parlé parce que je n'y vais jamais, c'est un restaurant qui accueillait principalement les profs des lycées voisins. Il a récemment changé de propriétaire et un couple courageux a passé son mois d'Août à y faire des travaux (je crois qu'ils posaient du lambris quand je suis passé devant hier). Je leur souhaite la bienvenue sur mon territoire, en espérant qu'ils feront mieux que leurs prédécesseurs.

Tout ça me fait penser à la scène de printemps dans Bambi, quand la nature s'ouvre peu à peu. Je n'aurais toutefois qu'une remarque: les baguettes de Philippe, le mari de la boulangère (le boulanger, donc) sont un peu trop cuites à mon goût et je pense qu'elle le sont plus encore qu'avant l'été. Je lis le désespoir dans les yeux Murielle quand j'entre dans sa boulangerie, entonnant mon tonitruant "une baguette pas trop cuite s'il vous plait". Elle cherche fébrilement dans son joli panier d'osier une baguette dont elle pense qu'elle satisfera mes exigeances, mais elles sont toujours un chouia trop cuites à mon goût. Philippe, je t'en prie, cuits moins les baguettes.