Pourquoi ? Déjà parce que ce canal de distribution brise la notion de proximité géographique. Ensuite parce qu'il devient plus facile et moins onéreux de se lancer sur le web que dans son propre quartier (cf. les solutions de type Powerboutique), sans parler du potentiel client qui est quasiment illimité. Enfin, parce que les nouveaux cyber-commerçants misent désormais plus facilement sur une relation client moins normée, moins aseptisée et plus personnalisée.

Quelques exemples :
  1. l'explosion du nombre de petites boutiques proposant des créations originales faites main comme Meriem Tricot, ou encore Le petit Monde d'A
  2. L'augmentation constante de blogs directement liés au site marchand : la Fraise, Dadawan, Magic day, Berceau Magique, Lilibulle...
  3. La mise en place de solutions alternatives comme Tea, la conseillère virtuelle de Discounteo
  4. La création de boutiques basées sur une identité forte du commerçant, le meilleur exemple étant Suicidal, la boutique de Petite Etoile
  5. les nombreux blogs de cybercommerçants, non accessibles directement depuis le site marchand mais partageant une expérience de créateur d'entreprise ou encore des points de vue sur le secteur : Daniel Broche, Francis lelong...
La limite de la notion de proximité ? Sans doute le volume des clients. Plus le site grossit, plus il est difficile d'établir avec chacun une relation de personne à personne...