Par Mathilde - dans Au fil de l'eau

Non, Google Earth ne sert pas uniquement à vérifier que son immeuble est bien là où on le croit. Je découvre que ça peut également servir à :
  1. calculer la distance sur laquelle on a couru ce matin (et s'apercevoir qu'on a fait laborieusement 4km - lendemain de fête oblige)
  2. vérifier que la ruine que vous aimeriez acheter au fin fond de la Creuse n'est pas juste à côté d'une décharge publique (mais découvrir à 800 m une centrale nucléaire)
  3. préparer un itinéraire allant au-delà des capacités de mappy.fr

Tout ça pour vous dire que les jours de pluie, on rêve comme on peut, et que mon rêve du dimanche donne le trajet suivant :

Versailles (France) > Munich (Allemagne) > Vienne (Autriche) > Bratislava (Hongrie) > Iasi (Roumanie) > Chisinau (Moldavie) > Nikolayev (Ukraine) > Dnepropetrovsk (Ukraine) > Rostov-Na-Donu (Russie) > T'bilisi (Georgie) > Yerevan (Arménie) > Tabriz (Iran) > Teheran (Iran) > Hyderabad (Pakistan) > Jaipur (Inde) > Varanasi (Inde) > Dacca (Bangladesh) > Mandalay (Birmanie) > Khonkhaen (Thailande) > Sekong (Laos) > Huê (Vietnam)