Par Hadrien dans La chronique d'Hadrien

Je ne vais pas recommencer à cracher ici mon venin anti-football, mais c'est vrai que j'aime pas ça et que je trouve qu'on en entend un peu trop parler. Nos programmes télé sont phagocytés par la grand-messe populaire (dans toute l'horreur du terme) et il est devenu impossible d'aller boire un godet sans avoir devant soi un écran plasma d'un mètre de large diffusant les derniers exploits d'imbéciles surpayés (non, non, je ne crache pas mon venin). Ce soir, il paraît que le match était important. Que la France devait battre le Togo sous peine de se voir refuser l'entrée en huitièmes de finale. La France menacée par le Togo, un pays a peine plus grand que l'ile de France, dix fois moins peuplé que la France et dont le PNB par habitant dépasse péniblement les 200€, moins que ce que Zidane dépense en papier toilette par an (il prend du quadruple épaisseur, le salaud). Moi j'aurais aimé qu'un pays comme le Togo puisse briller dans un évènement pareil, mais il paraît qu'ils étaient déja éliminés avant de rencontrer la France, alors ils n'avaient rien à perdre, ni à gagner...

Ce soir donc, je n'ai évidemment pas regardé le match et j'espèrais secrètement une défaite de la France. Pas par manque de patriotisme, juste par ras-le-bol du foot et surtout pour ne plus jamais revivre les infernales 4 années qui ont suivi la victoire française de 1998. Mes attentes ont vite été déçues. La nuit versaillaise s'est mise à retentir de hurlements et de coups de klaxons d'autant plus insupportables qu'ils annonçaient la triste nouvelle: la France est qualifiée pour les huitièmes de finale (sic).

Alors, pour ne pas parler que de foot (dieu m'en garde), je vais vous parler d'une vidéo qui m'a fait bien rire, sur le blog Bonjour America. Cyrille, le maître des lieux, nous donne, dans un Anglais digne d'Oxford, une leçon de Sudoku avec en prime, un amer constat de l'état de la France. C'est un peu long si vous êtes au bureau, prévoyez 6'33, mais ça vaut vraiment le coup.