par Hadrien - dans La chronique d'Hadrien

Pour faire le point sur les derniers ragots du quartier, il n'y a qu'une solution vraiment efficace: aller chez Jean-Claude. Jean-Claude c'est le coiffeur en face de chez moi. Il y a plusieurs raison qui en font mon coiffeur officiel: Il est en face de chez moi et je peux lire le numéro de téléphone qui est écrit sur sa porte depuis mon salon quand je veux prendre rendez-vous; Il me coupe plutôt bien les cheveux; et plus que tout, il reçoit et transmet tous les meilleurs ragots du quartier. J'ai dû refuser il n'y a pas longtemps à une jeune apprentie coiffeuse le privilège de me couper les cheveux gratuitement parce que je ne peux pas me permettre de tromper Jean-Claude. D'abord parce que je passe devant chez lui tous les jours et il verrait que je me suis fait couper les cheveux par un autre et, surtout, parce que ça me priverait d'une bonne séance d'information sur la vie secrète du quartier.

Je suis donc allé chez mon coiffeur cette semaine (il commençait à faire chaud là dessous). La chance était au rendez-vous. Daniel, le patron de la Tabatière, était lui aussi chez Jean-Claude. Sans doute pour recoller la mèche qui essaye de faire croire qu'il n'est pas chauve. Daniel a eu une vie intéressante, comme seuls les patrons de bistrots en ont. Il racontait ses vieilles histoires, on se serait crus dans un Verneuil avec André Pousse et Paul Meurisse. Toujours est-il que j'ai appris un truc qui m'a soufflé. Daniel, qui ne les fait pas, a 62 ans et plus fort, Maria qui les fait encore moins en a 59! De son propre aveu, Mathilde aimerait bien lui ressembler à 59 ans. Moi je ne rêve pas de ressembler à Daniel quand j'aurais 62 ans, mais j'aimerais bien avoir son énergie. Faut croire que le bistrot ça conserve.

Ca n'a rien à voir, mais on a encore eu une belle journée d'été hier. J'avais laissé ma voiture garée en plein soleil et quand je suis monté dedans, j'ai cru mourir. Pas de chaud, à cause de l'odeur. J'ai même cru qu'une bestiole s'y était glissée avant de crever et que l'odeur était une odeur de rat en décomposition. J'ai cherché et j'ai trouvé: Adèle a laissé à l'arrière des vieilles coquilles d'huîtres trouvées sur la plage il y a dix jours! Imaginez un peu l'odeur.