par Hadrien - dans La chronique d'Hadrien

C'est vrai, ça fait mal trente secondes, mais après ça va vraiment mieux. Ce sinistre craquement vient de retentir dans mon genou gauche qui était resté coincé depuis ma partie de tennis. Lundi 1er Mai oblige, mon tennis hebdomadaire a été reprogrammé Jeudi soir. Tant mieux, il faisait beau et chaud et je tenais une forme olympique. Au moins jusqu'à ce que je me bousille le genou. En fait c'est parce que je me sentais en pleine forme que j'ai fait l'idiot, à courir sur toutes les balles, à monter au filet, à sauter, pirouetter et retomber sur mon genou après un retourné aussi acrobatique qu'inefficace. Crac. Maintenant ça va mieux. C'est ça les grands sportifs, ça se blesse tout le temps. Pour me consoler: premier dîner en terrasse de la saison. Toutes les terrasses de la place du marché avaient fait le plein ce soir. Il faut dire que l'été a enfin commencé depuis trois jours.

Hier je me suis tapé plus de deux heures de circulation entre Versailles, Paris et Levallois et ça n'a même pas réussi à me mettre de mauvaise humeur. Il faisait beau, j'avais envie de chanter et la radio diffusait mes tubes ringards préférés, je me suis même laissé emporté par un vieux Stevie Wonder au point de ne pas réaliser que le feu était passé au vert et qu'une longue file d'automobilistes piaffait derrière moi. La musique adoucit les moeurs, personne n'avait pensé à klaxonner. Incroyable.

Bon je vais quand même me mettre de la pommade anti-inflammatoire sur le genou. Je vais faire ça en regardant la nouvelle star. Je sais, c'était hier. Mais hier je dînais chez Mathilde (je lui ai fait un dartois de sardine avec une crème au citron, on a failli en mourir) donc j'ai pas pu le regarder. Et Dieu inventa le magnétoscope. Sympa de sa part, quand même.