Par Mathilde - dans Au fil de l'eau

Je vous ai déjà parlé de Joel de Rosnay, notamment dans un post sur le pronétariat, et je n'ai pas caché l'intérêt que j'avais pour Agora Vox.

Un billet que je lis sur Big Bang Blog, "AgoraVox, le monde ou seul le logiciel est aux commandes" réveille quelques unes de mes interrogations, même si je vous avoue ne pas rejoindre totalement le discours de Daniel Schneidermann.

Dans quelle mesure peut-on effectivement se fier aux informations délivrées par Agora vox ?

J'y lis beaucoup d'articles intéressants, mais me perds fréquemment dans le fouillis informatif le constituant. Parfois avec délection, parfois avec agacement.

Je m'aperçois qu'en théorie ce support est excellent du point de vue la coopération autour de la collecte d'informations, mais peut être inadapté, notamment si le lecteur ou utilisateur n'a pas le recul, la culture suffisante pour analyser ces informations.

La difficulté avec Agora vox me parait résider principalement dans l'extrême variété des convictions politiques et sociologiques défendues par les rédacteurs, tout autant que dans la source de ses informations.

Par ailleurs, ce média reflète le comportement des français sur le web : très bons nombreux pour s'agiter sur des blogs, à la traîne pour les wikis. Ce qui donne une information qui part dans tous les sens et au sein de laquelle il faut faire un tri énorme...

Enfin, et c'est le propos le plus intéressant de Daniel Schneidermann, quand s'achèvera cette période euphorique du consensus blogosphérien (on est tous beau, intelligents, technophiles, gnagnagna), de quelle manière va craqueler cette apparente unité ?

PS : ok, je sais, c'est plus drôle quand c'est Hadrien qui vous parle de blanquette de veau ou de duel au soleil de la blogosphère, mais votre point de vue sur le sujet m'intéresse quand même...