Via Pépites

Voici une autre des " 100 raisons d'être optimiste " du Monde 2 du 14 janvier. Elle est signée de l'économiste Daniel Cohen : " Ces cycles de cinquante ans, qui font alterner vingt-cinq ans de vaches grasses et vingt-cinq ans de vaches maigres, ont un nom : ce sont les cycles de Kondratiev, du nom de l'économiste russe qui en a fait l'observation dans les années 1920... Nous avons eu, à notre tour, nos vingt-cinq ans de vaches grasses de 1948 à 1973, et nous venons tout juste d'achever nos vingt-cinq ans de vaches maigres, en 1998 si l'on en croit la prophétie de Kondratiev. Et pour qui veut bien ouvrir les yeux sur le monde, la croissance mondiale est en effet repartie de plus belle, frôlant désormais les 5 % annuels qui furent les chiffres français durant les « trente glorieuses ». Pourquoi ce décalage en Europe ? C'est le message d'espoir : nous n'avons pas pris toute la mesure du cycle nouveau et craignons les vieux démons des années 1980 : inflation et récession quand le nouveau monde est celui de la croissance et du pouvoir d'achat… " Voilà qui devrait rassurer tous les " déclinologues " du moment.

L'opinion de Mathilde : C'est idiot mais lire des choses comme ça, ça m'aide à surmonter ma déprime de janvier...