Pour ne pas marcher sur les plates-bandes de Mathilde, alors qu'elle le mérite, je ne vais pas traiter les même thèmes qu'elle. Les jeunes gens décrits dans le film sont censés jouer au tennis; le grand expert en la matière que je suis est à même de vous affirmer qu'ils font semblant et qu'ils sont même particulièrement nuls au tennis (ça c'est de la critique cinématographique). Evidemment, un W. Allen tourné en dehors de NY ça fait toujours bizarre. Celui-ci devait d'ailleurs s'y dérouler, mais la production a reçu beaucoup de subventions en échange d'un tournage à Londres. Je me pose aussi des question sur le choix des acteurs. Ils étaient admirablement bien dirigés mais je me demande ce qui pousse W. Allen à rechercher ses acteurs masculins dans de gros succès populaire. Jonathan Rhys-Meyers, héros de Match Point avait précédemment tourné dans "Joue-la comme Beckham". Jason Biggs, personnage principal de Anything Else avait eu le mauvais goût de jouer dans la trilogie American Pie. Et Will Ferrell, le Hobie de Melinda and Melinda, était apparu dans deux Austin Powers ainsi que dans les remakes de Starsky and Hutch et de Ma sorcière bien-aimée. Bon vous voyez, j'ai pas réussi à me retenir, voilà que je suis lancé dans la critique du film.Passons
Ce matin mon téléphone m'a réveillé à l'aube (9h30). Un cinglé voulait me proposer un job en Angola, sur un site parapétrolier. Très bien payé, deux fois ce que je pourrais ramasser en France, mais qu'est-ce que vous voulez que j'aille faire en Angola? Moi il me faut mon troquet du coin de la rue sinon je dépéris. A propos de coin de la rue, mon ami antiquaire a signé samedi dernier le compromis de vente de sa boutique à une clinique vétérinaire. Pour ceux qui suivent, j'avais déja attiré votre attention sur un drame qui s'était déroulé au coin de ma rue: un bistrot avait été racheté par une clinique vétérinaire. J'entends déja ceux qui se demandent "mais il y a beaucoup d'animaux malades à Versailles?" "combien de personnes agées au m2 pour qu'il y ait des cliniques vétérinaires à chaque coin de rue?" en fait non! Il s'agit du même coin de rue et de la même clinique. Il y a quand même beaucoup de vieux avec des animaux de compagnie et c'est pour ça que la clinique s'agrandit. Snif! Ma rue n'est plus que banques, agences immobilières et cliniques vétérinaires. Toute la rue? Non! Un troquet peuplé d'irréductibles poivrots résiste encore et toujours à l'envahisseur : La Tabatière. Je vais d'ailleurs aller de ce pas y noyer mon chagrin. Faut pas perdre de temps, entre le compromis de vente et la vente y a pas plus de trois mois. Rendez-vous au coin de la rue!