Par Mathilde - dans Au fil de l'eau

Ce que je lis en parcourant le web m'édifie : les stagiaires font la grève, des gamins de 12 ans lancent des cocktails molotov et le Président se sent obligé de rappeler que "la loi doit avoir le dernier mot". Il y a donc aujourd'hui des gens surdiplomés qui bossent gratis 70h par semaine, pendant que des jeunes révoltés mettent leurs quartiers à feu et à sang... Dans le même temps Nicolas Sarkozy m'envoie des e-mails non-sollicités, au mépris de la LEN votée il n'y a pas si longtemps par son propre groupe politique.

Parralèlement à ça - et c'est la goutte d'eau qui fait déborder mon écran - une dépêche Reuters en date de lundi dernier m'informe "qu'un atelier de confection de bouteilles incendiaires" a été démantelé et que "des échanges d'informations par le biais de "blogs" sont avérés. C'est typique de chez nous ça, on cherche la cause dans des faits au lieu de s'intéresser au contexte (si tant est que les 2 malheureux blogs incriminés aient eu un réél impact sur des "émeutiers" qui sont dans la rue du matin au soir).

En partant de ces constats, deux solutions, soit je retourne me coucher, soit moi aussi je m'y mets :

1/ JE LANCE UN APPEL A L'EMEUTE (juste pour voir si ça marche)
2/ BAGATELLES VA SPAMMER
3/ JE VAIS ROULER EN 4X4 ET ARRÊTER DE FAIRE DES ECONOMIES DE PAPIER POUR PRESERVER LES FORETS


Bon allez, je retourne me coucher en attendant qu'on vienne m'arrêter...