24 octobre 2003 – 9 :00

Constat : Noël arrive chaque année un peu plus tôt… Cette année, c’est décidé, j’achète mes cadeaux dès maintenant. Parce que :
  1. le 31 décembre dernier, je me suis juré de « ventiler mes dépenses » (un conseil avisé de mon banquier)
  2. Entre ma famille, la famille adverse, mes amis et les enfants de mes amis, ça fait quand même beaucoup de cadeaux et autant d’heures de shopping effréné
  3. Je suis impatiente d’en finir avec cette histoire

24 novembre 2003 – 21 :00

Autour de moi, ça clignote de partout. Si j’y vais ce week-end, ça va être la foule dans les magasins, ils font tous leurs cadeaux tôt cette année...Lundi, j’y vais sans faute.

24 décembre 2003 – 2 :00

J’ai du mal à m’endormir. Je n’ai plus le choix, demain il faut vraiment que j’y aille.

24 décembre 2003 – 16 :00

Je me bats avec une dame blonde qui s’apprête à saisir LE dernier cendrier du rayon.

24 décembre 2003 – 16 :30

« Le lecteur de CB est en panne sur cette caisse, pouvez-vous vous adresser à une autre caisse ?» me demande une vendeuse à l’air hagard. Je retraverse le magasin, et note en passant devant un miroir que, moi aussi, j’ai l’air hagard.

24 décembre 2003 – 17 :40

J’ai (enfin) retrouvé ma voiture.

24 décembre 2003 – 21 :00

Le brouhaha familial est interrompu par l’annonce de l’imminence du « moment des cadeaux ». Les enfants courent, les adultes aussi. Je saisis le premier paquet qui porte mon nom.

24 décembre 2003 – 21 :02

Le cadeau que je viens d’ouvrir est multiple. Dans une jolie cagette en bois, ma sœur a glissé de la paille et plein de petits objets : des mini plats à tajine, des flacons d’épices, des bougies et même un œuf. Ravie, je m’avance vers elle pour la remercier et comprends à son regard qu’elle a déjà ouvert mon cadeau, LE cendrier...Celui-là, j’ai beau m’être battue pour l’avoir, il fait déjà partie des cadeaux qui me font honte. Si seulement je pouvais disparaître….

26 décembre 2003 – 9 :00

Je suis devant mon écran, en quête d’un cyber-marchand qui me soulagerait de la recherche et de l’expédition de mes cadeaux manquants. C’est sûr, je vais enfin trouver des cadeaux sympas pour ceux qui n’étaient pas avec moi le 24…

26 décembre 2003 – 10 :00

Je suis toujours devant mon écran, bon, je n'ai rien trouvé de vraiment transcendant. Pression et désespoir montent de concert.

26 décembre 2003 – 11 :00

Je me rabats sur des fleurs pour les filles et des gadgets techno pour les garçons. Pas terrible et plutôt cher. Je le pressens, dans deux jours, mon banquier m’appellera pour me conseiller de « ventiler mes dépenses ».

26 décembre 2003 – 22 :00

Un apéro post-noël avec des amis, je parle de mes déboires cadeaux et découvre que je ne suis pas la seule à rencontrer ce genre de problèmes. Autour de la table se trouvent les (mal)heureux acquéreurs de :
  • un plateau petit-déjeuner avec inclusions de grains de blé en résine ;
  • un aspirateur à piles ;
  • un vase en cristal qui n’a pas supporté le trajet Paris-Lyon et n’a donc jamais fait le bonheur de son destinataire ;
  • une souris pour PC qui vibre quand on reçoit un e-mail (sic)

Je lance l’idée d’un site proposant des jolis assortiments comme celui offert par ma sœur, des cadeaux pas trop chers et livrés aussi rapidement qu’un bouquet de fleurs. "Si tu le fais vraiment, c’est fort" me dit Xavier. Faut pas me parler comme ça, Xav…



La suite de l'histoire ici